Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À 23 et 32 ans, ils rachètent et restaurent un manoir du XVème siècle en Suisse normande

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Un jeune couple de Normands a racheté une propriété vieille du XVème siècle, construite par les moines du Mont-Saint-Michel. Ils ont lancé une cagnotte pour aider à sa restauration.

Le manoir de la Moissonnière
Le manoir de la Moissonnière - Maely Duthuit et Brendone Emery

Devenir propriétaire à 23 ans : déjà, ce n'est pas donné à tout le monde. Mais quand en plus, il s'agit d'un manoir avec ses dépendances... C'est pourtant le projet de Maely Duthuit, une jeune Normande, et de son compagnon Brendone Emery, 32 ans. Ensemble, ils ont racheté en janvier 2020 cette immense bâtisse, le manoir de la Moissonnière, et la propriété qui va avec. Aujourd'hui, ils lancent un appel aux dons pour les aider à financer les travaux de réhabilitation. 

"On a eu du mal à l'avoir, mais on l'a eu !"

Contactée par France Bleu, Maely explique avoir eu le coup de cœur pour cette bâtisse : "On ne voulait pas de pavillon basique, ni de voisins proches. On cherchait une maison atypique avec du charme." Ils visitent d'abord le manoir via une agence immobilière, mais le prix est trop élevé, sachant qu'il faut prendre en compte les travaux faramineux. Finalement, faute d'acheteur, la propriété finit aux enchères. Là, c'est l'occasion rêvée : "On a eu du mal à trouver une banque, mais finalement nous étions les seuls aux enchères, donc nous avons eu le manoir beaucoup moins cher, ce qui nous permet de faire les travaux. On a eu du mal à l'avoir, mais on l'a eu !" sourit Maely. Le jeune couple se voit remettre les clés en juin 2020, pour 180 000 € au lieu de 250 000. 

Une cagnotte lancée pour financer les grands travaux

Pas si cher pour une propriété pareille : forcément, les travaux sont conséquents. "On a refait toute la toiture arrière, il reste la toiture avant. À l'extérieur, on grattera les pierres pour que ce soit plus joli ; on va aussi faire les fenêtres et l'isolation. Il n'y avait pas de cuisine, la salle de bains était antique... En revanche dans les chambres, ça reste largement habitable. Il y a du très vieux parquet à l'étage et on ne le changera pas, on l'adore !"

Si le couple a lancé une cagnotte en ligne, c'est surtout pour aider à compenser le coût des plus gros travaux : "Il y a la toiture, et puis un des bâtiments emporte un des pignons du manoir. Faute d'entretien, ça s'est affaissé peu à peu. Ça devient vraiment urgent." La cagnotte, fixée à 6000 euros, est accessible sur le site Dartagnans. Les dons sont libres, et vous pouvez recevoir des contreparties en fonction du montant : un panier garni par exemple, "vous pouvez aussi adopter un poisson à mettre dans la mare du manoir !"

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Des tuyaux secrets pour cacher le Calva"

"On en appelle à ceux qui comme nous sont passionnés de patrimoine et d'histoire", ajoute Maely. Il faut dire que le manoir possède une riche histoire. D'après les recherches de Maely et Brendon, la Moissonnière fut édifiée par les moines du Mont-Saint-Michel, qui exploitaient les terres et les vergers pour produire du Calvados. "Le pigeonnier compte 136 nids, ce qui veut dire que 136 hectares étaient exploités."

Aujourd'hui, les vestiges de l'ancien temps sont encore là : "il y a les bâtiments pour les cochons à l'arrière"... Et aussi des secrets, enfouis dans les entrailles de la propriété ! "Apparemment, un tuyau souterrain part d'un des bâtiments et descend tout le long de la vallée de la Suisse normande. À l'époque, plus on fabriquait de Calvados, plus on était taxé. Ce petit tuyau passait dans le sol pour récupérer le Calva en douce. En plus de ça, sous le sol de la salle à manger, il y aurait une cuve qui servait aussi à cacher du Calva !"

À terme, les jeunes châtelains voudraient ouvrir des chambres d'hôte dans les dépendances du manoir. Vous pouvez suivre l'avancée des travaux sur Facebook. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess