Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

À Bessans, l'installation de nouvelles familles dans le village a permis de sauver l'école

mercredi 29 novembre 2017 à 5:45 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Tout est parti d'un appel du maire de Bessans (Savoie) sur les réseaux sociaux en mai dernier. Il invitait des familles à venir s'installer dans la commune de Savoie, pour sauver une de ses classes menacée de fermeture. Quelques mois plus tard, les cinq familles sont parfaitement intégrées.

L'école de Bessans compte aujourd'hui 28 élèves, répartis en deux classes.
L'école de Bessans compte aujourd'hui 28 élèves, répartis en deux classes. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Bessans, France

Cette drôle d'initiative d'un maire savoyard pour sauver l'école de sa commune avait fait le buzz en mai dernier. Jérémy Tracq, maire de Bessans (Savoie), avait lancé un appel sur les réseaux sociaux pour inviter des familles à venir s'installer dans le petit village de 350 habitants. Avec comme objectif de faire grimper le nombre d'élève et de garder une de ses deux classes menacée de fermeture. Ça a fonctionné ! Cinq familles, neuf adultes et dix enfants, sont arrivées depuis... et elles ont bien l'intention d'y rester.

"Sauver une école, c'est un peu sauver un village" - Benjamin, habitant de Bessans depuis le mois d'août.

A Bessans, les deux classes de l'école sont tranquilles pour un bout de temps. De 19, l'effectif est passé à 28 élèves, ce qui justifie le maintien des deux sections. "C'est pour sauver l'école qu'on est venus là", confie Benjamin. "Là où on habitait avant, on avait déjà inscrit notre fille dans une classe pour éviter sa fermeture donc on a voulu faire pareil", poursuit le jeune papa de 25 ans. "Sauver une école, c'est un peu sauver un village."

Lui et sa compagne habitaient la Mûre, une petite ville du Sud Isère. Ils avaient besoin de changement. Alors quand ils ont vu l'appel du maire, ils n'ont presque pas hésité. "On aime la nature et puis le cadre c'est le top pour élever des enfants donc on avait rien à perdre, on est jeune, on s'est lancé."

Une bonne qualité de vie, des loyers avantageux et du travail

Ludovic, sa conjointe et ses deux jumelles sont venus d'encore plus loin. "On est de Sète, dans l'Hérault", explique le papa en attendant ses filles à la sortie de l'école. "Tout le monde nous a super bien accueilli, ça fait plaisir."

Ludovic, Marylène et leurs deux jumelles Magda et Léa sont arrivés fin août à Bessans. - Radio France
Ludovic, Marylène et leurs deux jumelles Magda et Léa sont arrivés fin août à Bessans. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Ils sont venus pour les montagnes, mais pour fuir le Sud de la France, surpeuplé, et où il est plus difficile de trouver du travail. "Moi je n'avais qu'un boulot en intérim, et ma compagne ne trouvait pas de travail. Elle approche la quarantaine et s'est arrêté quatre ans pour s'occuper des filles, une trop longue période pour les employeurs." A Bessans, la mairie leur a proposé une liste d'emplois dans la station ou aux alentours. Elle les a aidés à trouver un logement en les mettant en relation avec des propriétaires ou en louant des appartements de la commune.

"Si d'autres maires sont confrontés au même problème, ils pourront s'inspirer de ce qu'on a fait ici" - Jérémy Tracq, maire de Bessans.

"Cinq familles qui arrivent, ça dynamise le village", confie Jérémy Tracq, le maire de Bessans, pour qui l'opération est un succès. "Si certains élus sont confrontés à la même problématique que nous, ils peuvent s'inspirer de ce qui s'est fait à Bessans. On l'a pas fait que pour nous, et on sera ravi d'aider ceux qui en ont besoin à garder des écoles vivantes, c'est très important pour nos territoires ruraux."

Au total, le maire de Bessans a été en contact avec 90 familles. Alors même si l'école est sauvée, il ne s'interdit pas d'accueillir de nouveaux arrivants dans le village.