Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : après 112 ans d'existence, la boutique Maillard baisse le rideau

-
Par , , France Bleu Bourgogne

On a encore un mois pour profiter de ce magasin connu par des générations et des générations de Dijonnais. Pourquoi est-il réputé ? On vous raconte son histoire ici.

Depuis l'annonce de la fermeture, on fait la queue devant le magasin
Depuis l'annonce de la fermeture, on fait la queue devant le magasin © Radio France - Stéphane Parry

C'est une institution à Dijon, la boutique Maillard ferme ses portes le 20 juin prochain. Installé au 35 place Bossuet, le magasin spécialisé dans les ustensiles de cuisine et l'alimentation baissera le rideau après 112 ans d'existence. On y trouve tout ce qui concerne les articles de cuisine, des marmites ou des faitouts mais aussi des épices ou du chocolat d'emballage pour les pâtisseries.

Produits bradés jusqu'à la fermeture le 20 juin

Depuis ce lundi on fait la queue devant la boutique qui brade ses produits.  Si vous habitez Dijon ou ses alentours, vous y avez sans doute déjà acheté une poêle ou des dragées l'une des spécialités de ce magasin.  Odile Montei, la dernière gérante des lieux a décidé de prendre une retraite bien méritée. C'est son arrière grand-père qui a ouvert le magasin en 1909, à l'époque rue Monge tout près. "Je ne pensais pas que j'aurai autant de clients, et presque tous me remercient et me souhaitent bonne retraite. Je suis un peu étonnée, c'est touchant " confie Odile Montei, un brin émue. 

"Des gens prenaient des dragées pour leur communion , puis revenaient des années plus tard pour leur mariage"

Odile Montei, la dernière gérante des lieux, heureuse de prendre sa retraite mais émue des attentions de sa fidèle clientèle.

"Je ne pensais pas que j'aurai autant de clients, et presque tous me remercient et me souhaitent bonne retraite. Je suis un peu étonnée, c'est touchant " confie Odile Montei, un brin émue. "Beaucoup m'ont dit: ma grand-mère, mon grand-père venaient là, mes parents aussi, donc on peut dire que c'est vraiment une clientèle fidèle. Moi j'ai vendu des dragées pour des baptêmes, après les mêmes clients revenaient pour leur communion, puis leur mariage. Entre temps, un certain temps s'était écoulé" sourit-elle.

Odile Montéi a vu défiler plusieurs générations de clients
Odile Montéi a vu défiler plusieurs générations de clients © Radio France - Stéphanie Perenon

Une histoire familiale

Au début du vingtième siècle, le fondateur Joseph Maillard a du nez en se lançant dans cette aventure. Il ouvre l'une des rares boutiques de fournitures et d'alimentation générales destinées aux professionnels.  Ouverts aux pâtissiers, pains d'épiciers ou bouchers charcutiers, le magasin devient vite incontournable.

Autour des années 1930, la boutique s'installe définitivement place Bossuet avec les mêmes produits qui ont fait son succès depuis le début, de grandes marques françaises d'ustensiles de cuisine. Au début des années 2000, Odile Montei prend la succession de sa mère et de son oncle à la tête du magasin et accueille de plus en plus de particuliers. De nouveaux clients très friands d'émissions culinaires et heureux de trouver chez elle ce qu'on ne trouve pas ailleurs comme les fameuses poches ou douilles et autres accessoires réservés aux pros. Malgré la présence d'internet, les clients restent fidèles, y compris ces derniers jours pour souhaiter une bonne retraite à Odile.

Une des photos de la première boutique, il y a un siècle
Une des photos de la première boutique, il y a un siècle © Radio France - Stéphanie Perenon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess