Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : avec "Le potager d'à côté" ne jetez plus vos surplus de potager

-
Par , France Bleu Bourgogne

Nous sommes nombreux à faire pousser des légumes ou des fruits. Pour éviter de gâcher les surplus à Dijon on peut désormais donner ou vendre une partie de sa production sur internet avec le site "Le potager d'à côté". C'est ce que font Jean-Louis et Véro qui vivent quartier des Bourroches.

Robin Kroesing, jardinier amateur et membre du Potager d'à côté, une plateforme conçue pour permettre d'acheter et vendre des fruits et légumes locaux et de saison.
Robin Kroesing, jardinier amateur et membre du Potager d'à côté, une plateforme conçue pour permettre d'acheter et vendre des fruits et légumes locaux et de saison. © Maxppp - Thierry Gachon PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Vous faites votre potager ? Vous aimez faire pousser plein de tomates, de courgettes, de haricots verts mais vous en avez parfois un peu trop ? Vous avez des arbres fruitiers mais vous ne parvenez pas toujours à manger toutes vos cerises ou vos poires ?

Notre reporter est allé à la rencontre de Jean-Louis et Véro quartier des Bourroches à Dijon

Vendre ou donner ses surplus de potager

Eh bien sachez qu'il existe une plateforme internet baptisée "Le potager d’à côté" où il vous est possible de vendre ou même de donner à des particuliers vos surplus de potager. Crée en 2018 en Charente cette démarche compte désormais 8000 inscrits à travers la France. Ils sont 37 en Côte-d'Or. Parmi eux, Jean-Louis et Véro, un couple qui propose ses légumes à la vente (pour deux francs, six sous !) rue du Chapitre dans le quartier des Bourroches.

Vous en avez trop ? Donnez-les ou vendez-les en ligne !
Vous en avez trop ? Donnez-les ou vendez-les en ligne ! - Le jardin d'à côté
Jean-Louis et Véro nouveaux inscrits sur le site "le potager d'à côté" ont trouvé preneurs pour leurs côtes de bettes au bout de 48h seulement dans le quartier des Bourroches à Dijon
Jean-Louis et Véro nouveaux inscrits sur le site "le potager d'à côté" ont trouvé preneurs pour leurs côtes de bettes au bout de 48h seulement dans le quartier des Bourroches à Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Des petits pois, des tomates, du cassis à vendre

"Ici j'ai des petits pois, des bettes, y a des pieds de tomates là-bas et du cassis" explique fièrement Jean-Louis en nous faisant visiter son potager. Un potager bien entretenu où Jean-Louis et Véro passent des heures chaque jour. C'est Véro qui a eu l'idée de cette inscription au "potager d'à côté". Elle a même mis une petite affichette sur la grille de sa maison. 

"J'ai testé et ça a marché"

"Il n'y a pas longtemps que je l'ai connu ce site, j'ai testé et j'ai vu que ça marchait !" La première cliente s'est manifestée deux jours après, c'est Pascale 53 ans, une dijonnaise très branchée circuit court. Elle est venue acheter un kilo de côtes de bettes. "Cela évite que des fruits ou des légumes se perdent parce qu'il y a des gens qui ne les ramassent même plus car ils ne savent plus quoi en faire quand il y en a trop à la belle saison. C'est aussi une façon pour moi d'avoir des produits qui viennent d'un vrai jardin" expertise la quinquagénaire. 

C'est un peu le potager du futur : Véro a mis affichette sur les grilles de son jardin, pour commander on peut entre autre, utiliser le QR Code !
C'est un peu le potager du futur : Véro a mis affichette sur les grilles de son jardin, pour commander on peut entre autre, utiliser le QR Code ! © Radio France - Thomas Nougaillon

30 tonnes de fruits et légumes sauvés

A deux euros le kilo de côtes de bette, Véro le sait, il ne faut pas compter sur ce site pour s'enrichir. "Non, je crois que non ! Cela fera toujours une petite pièce mais pas un gros billet" sourit-elle. Depuis sa création le site aurait permis de "faciliter l’accès à 30 tonnes de fruits et légumes locaux et de saison qui sans lui se seraient perdus" assure sa créatrice. Virginie Broncy estime qu'avec cette démarche "on répond aux problématiques actuelles, c'est une démarche anti-gaspi et de partage, un système très ouvert, pas contraignant et sans abonnement."

Véro explique que sa première cliente s'est manifesté deux jours à peine après son inscription sur le site !

Dijon deviendra un bel exemple de partage entre ses habitants. "A l’approche de la saison des surplus de potagers et arbres fruitiers, nous espérons explique encore Virginie Broncy que la ville de Dijon deviendra un bel exemple de partage entre ses habitants".  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess