Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À la frontière de la Creuse et de l’Indre, le cirque Bidon attend de retrouver son public !

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Berry

Après une année blanche à cause du coronavirus, le cirque Bidon veut repartir en tournée ! Basé à la frontière de la Creuse et de l’Indre, ce cirque itinérant est très atypique : l’été, il se déplace avec des chevaux et des roulottes pour faire ses représentations.

Avec ses cartes IGN, François Rauline, prépare une éventuelle tournée dans le Berry pour l'été 2021.
Avec ses cartes IGN, François Rauline, prépare une éventuelle tournée dans le Berry pour l'été 2021. © Radio France - Camille André

Après un an sans spectacle, le cirque Bidon veut reprendre la route. Ce cirque itinérant est très atypique : l’été, il se déplace avec une douzaine de chevaux, qui tractent des roulottes. Cet équipage, constitué de seize personnes, va de commune en commune, en France et en Italie, pour faire ses représentations. Malheureusement en 2020, tous les spectacles ont été annulés à cause du coronavirus.

Depuis plusieurs mois le cirque Bidon est donc à l'arrêt, dans sa résidence d'hiver, à Vigoulant, près de Tercillat, à la frontière de la Creuse et de l’Indre. C'est là que nous avons rencontré François Rauline, dit « François Bidon », l’un des fondateurs du cirque. Il prépare activement la tournée 2021.

La tournée 2021 en Italie est incertaine

La résidence d’hiver du cirque Bidon, c’est une jolie ferme en pierre. Les roulottes colorées sont remisées sous le hangar. Dans sa cuisine, François Bidon étudie des cartes IGN : "lorsqu'on organise une tournée, tous les 20 ou 25km, il faut un endroit où s'arrêter pour faire des spectacles. S'il y a  plus que 25km, on met deux jours à faire le trajet avec les chevaux". 

François Bidon prépare une tournée dans le Berry au cas où la tournée en Italie ne pourrait pas se faire.
François Bidon prépare une tournée dans le Berry au cas où la tournée en Italie ne pourrait pas se faire. © Radio France - Camille André

En théorie, la tournée de 2021 est déjà organisée : Le cirque doit partir en résidence d'artiste en région parisienne en avril. L'été il devrait poursuivre avec une tournée en Italie, et revenir ensuite dans le Nord-Creuse

Mais François Bidon commence à avoir des doutes "Si on ne peut pas aller en Italie, parce que là c'est mal parti avec l'épidémie, j'ai organisé une tournée dans le Berry". Le septuagénaire préfère avoir un plan B car à ses yeux, "il faut absolument repartir en tournée". Cet itinéraire dans le Berry pourrait mener à La Chatre, Lignières, Sancerre, ou encore Bourges.

Le cirque pioche dans ses fonds 

Sans spectacle en 2020, le cirque n'a pas eu de rentrée d'argent. En revanche, il faut continuer à nourrir et soigner les chevaux. Cela occasionne des frais. 

"Heureusement que lorsqu'on est allé en Italie il y a deux ans, on a très bien travaillé, raconte François Bidon,  Là-bas, le cirque fait complet tous les jours. On n'arrive même pas à rentrer tout le monde. Donc financièrement on avait un peu d'avance"

Les quatre salariés du cirque touchent 80% du chômage. Les 12 intermittents du spectacle sont pris en charge par l'Etat. "Ca devrait tenir jusqu'au printemps, mais si on ne reprend pas le travail, je ne sais pas comment on fera", s'inquiète François Bidon. 

En 50 ans, le cirque Bidon "en a vu d'autres"

Avec sa longue barbe blanche et sa peau burinée, le septuagénaire n’en est pas à son premier coup dur. Il relativise, en pensant aux débuts difficiles du cirque Bidon: "Ca fait plus de 50 ans que je suis sur la route. Le cirque Bidon, il s'est fait sans fonds : je n'avais pas d'argent

J'étais sans domicile fixe, on a tout construit : les roulottes, les gradins, la piste... Je ne panique pas. J'en ai connu des mille fois pires

François Bidon se remémore aussi les hivers où il travaillait "dans les rues piétonnes pour gagner quatre sous et pouvoir manger. A l'époque on n'avait pas de subvention. Maintenant, on est quand même aidé, on a le chômage". 

Le cirque a encore quelques mois d’hiver à attendre. Si tout se passe bien il devrait reprendre les répétitions en avril.    

Choix de la station

À venir dansDanssecondess