Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

A Quimper, il n'y a pas d'âge pour se faire son premier tatouage

vendredi 28 septembre 2018 à 6:06 Par Soisic Pellet, France Bleu Breizh Izel

Alexis a 42 ans. Après vingt ans de réflexion, il a décidé de faire son premier tatouage. Tout le bras droit, du coude à l'épaule. Mais impossible de le soupçonner sous sa chemise blanche : pas question pour ce chef d'entreprise que ça interfère dans son travail.

Le dessin à droite... et le résultat en vrai sur Alexis
Le dessin à droite... et le résultat en vrai sur Alexis © Radio France - Soisic Pellet

Quimper, France

Impossible de déceler quoi que ce soit quand Alexis, chef d'entreprise, arrive. Il porte une chemise blanche, impeccable. Mais elle cache en réalité une surprise dessous : un immense tatouage, qui recouvre tout son bras droit. Ne pas le voir, c'était aussi le but. "Je peux l'assumer dans ma vie privée, mais au travail, je ne veux aucune équivoque" explique-t-il. Parce que les préjugés sur les tatouages ont encore la vie dure, même s'il est beaucoup plus démocratisé aujourd'hui. 

Sauter le pas à 42 ans 

C'est aussi pour cette raison qu'il lui a fallu du temps pour se lancer. "20 ans de réflexion" avoue-t-il dans un sourire. 

"Il y a dix ans, j'aurais peut-être eu peur d'être jugé. Maintenant, non ! J'ai 42 ans, j'assume ce que je fais", Alexis 

Alexis a également cherché à rencontrer le bon tatoueur, la bonne personne. Et faire le bon dessin, "puisque c'est quand même à vie hein !". Et maintenant qu'il a commencé, il pense déjà au prochain. "Il y en aura d'autres, c'est sûr !"

Des clients de 18 à 78 ans 

Mais Alexis est loin d'être une exception chez les tatoueurs. A l'Endorphine à Quimper, la clientèle est variée, de "18 à 78 ans" atteste Géraldine, la tatoueuse. Sa cliente la plus âgée se lance d'ailleurs elle aussi dans son premier tatouage, et "elle est surexcitée". Aujourd'hui, plus question de réserver le tatouage à une classe d'âge ou à un certain groupe de personnes.  

Preuve que le tatouage devient presque banal, de plus en plus de villes accueillent désormais leur "convention tatouage". La première du genre à Quimper aura d'ailleurs lieu ce week-end, du 28 au 30 septembre au parc des Expositions.