Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Toulouse : elle accroche son gilet jaune au balcon et s'attire les foudres d'un copropriétaire

-
Par , France Bleu Occitanie

Marie-Laurence soutient, depuis le début, le mouvement des gilets jaunes. Depuis plusieurs mois, elle en a donc accroché un à son balcon côté rue. Et son gilet jaune crée des tensions dans la résidence.

Le gilet jaune que Marie-Laurence a dû retirer de son balcon.
Le gilet jaune que Marie-Laurence a dû retirer de son balcon. © Radio France

"Il est interdit de suspendre des linges aux façades de la résidence. Or vous étendez en façade un gilet jaune fluorescent depuis maintenant plusieurs mois". C'est ce courrier que Marie-Laurence a trouvé dans sa boîte aux lettres, dimanche. 

Cette locataire d'un appartement situé à deux pas du Quai de la Daurade, soutient le mouvement des gilets jaunes depuis le début.  Elle a voulu afficher sa participation en suspendant une chasuble à son balcon, visible depuis la rue. 

Manifestement, cette initiative n'a pas plu à l'un des copropriétaires de l'immeuble auteur du courrier. Marie-Laurence est sommée de retirer son gilet jaune "sous 48 heures" faute de quoi il sera enlevé à ses frais.  

Contacté, le copropriétaire n'a pas souhaité s'exprimer au micro de France Bleu Occitanie mais assume avoir rédigé la lettre. Il mentionne le règlement intérieur de l'immeuble et affirme parler au nom de la copropriété. Ce que conteste Marie-Laurence. 

J'aurais préféré qu'il vienne vers moi, parler calmement de tout cela. Je participe aux manifestations depuis novembre 2018, il me semblait judicieux de marquer mon ralliement sur mon balcon. J'aurais mis des lampions oui ça aurait changé mais là c'est un gilet jaune donc évidemment ça ne passe pas" Marie-Laurence. 

Si elle a retiré son gilet jaune de la façade, la locataire a publié dans la foulée le courrier en question sur sa page Facebook "à la recherche de conseils sur les suites à donner".  Son message a depuis été partagé sur d'autres réseaux sociaux.

600 partages et 200 réponses plus tard, Marie-Laurence a donné suite : elle a déposé une main courante contre le propriétaire à l'origine du courrier. La manifestante envisage même d'autres recours. Sans perdre espoir de suspendre de nouveau son gilet jaune au balcon si la justice lui donne raison. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu