Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Angaïs : ils volent et détruisent un tracteur et une pelleteuse

mercredi 20 juin 2018 à 19:25 Par Marion Cazanove, France Bleu Béarn

Les gendarmes de Gan ont interpellé deux hommes fin mai. Ils sont soupçonnés d'avoir volé et détruit du gros matériel de chantier en Béarn et dans les Pyrénées-Atlantiques. Ils auraient agi par vengeance.

C'est une pelleteuse semblable à celle-ci qui a été retrouvée incendiée
C'est une pelleteuse semblable à celle-ci qui a été retrouvée incendiée © Maxppp - Maxppp

Angaïs, France

Les deux hommes s'en sont pris à l'entreprise de travaux publics d'Angaïs Horgue et Cie. L'entreprise de BTP, avait licencié l'un des deux hommes. L'autre avait simplement décidé de démissionner quelques mois auparavant. 

Début 2017, ils ont volé un tracteur de chantier de l'entreprise à Louey en Bigorre. Ils l'ont ensuite emmené dans les Landes où ils l'ont détruit en l'enfouissant sous quatre mètres de sable. Ensuite, au début de l'année,  ils ont incendié, de nuit, une pelleteuse Caterpillar sur un chantier à Meillon.

Près de 300.000 euros de préjudice

Pour ces deux engins, le préjudice de l'entreprise s'élève à près de 300 000 euros. Il est également reproché aux deux hommes des vols de matériel de chantier dans les deux départements, afin d'équiper l'entreprise de travaux publics qu'ils avaient créé après leur départ de l'entreprise.

Le co-gérant de l'entreprise, Serge Horgue, est encore sous le choc : "On est une entreprise familiale, ça nous a fait très mal. Ce sont des choses impensables : aller enterrer un tracteur, brûler une pelleteuse de 200 000 euros... Je serai marqué à vie de cette histoire."

L'exaspération du co-gérant de l'entreprise de BTP