Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Armada 2019 à Rouen

VIDÉO - Armada 2019 à Rouen : on a testé pour vous, monter au mât d'un bateau

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Qui n'a jamais rêvé de monter au mât d'un bateau ? A l'occasion de l'Armada, notre journaliste a testé pour vous à bord du Belem, dont les mâts culminent à 35m au-dessus de la mer. Une aventure plus difficile qu'elle n'en a l'air !

Notre reporter, Léa Boutin-Rivière, s'est lancée à l'assaut du trois-mâts le Belem.
Notre reporter, Léa Boutin-Rivière, s'est lancée à l'assaut du trois-mâts le Belem. © Radio France - Antoine Sabbagh

Rouen, France

Pour monter aux mâts du Belem, rendez-vous a été pris en fin d'après-midi ce mardi 11 juin 2019 sur les quais de Seine plongés en pleine Armada de Rouen. Notre journaliste, Léa Boutin-Rivière s'est lancée un sacré défi en décidant de tenter l'ascension d'un mât du voilier nantais. Des images exceptionnelles à découvrir dans cette vidéo.

Une ascension en plusieurs étapes

Premiers préparatifs : le micro bien fixé et une caméra sur le front, pour avoir les mains libres pendant l'ascension. Déjà toute une aventure. 

Deuxième étape, une fois notre journaliste à bord : signer une décharge de responsabilité. On demande en plaisantant : "c'est pour ne pas être responsable si je tombe et que ça finit mal ?" Réponse impassible d'un marin : "Oui." Bon. Ça a le mérite d'être clair, mais ce n'est pas très rassurant...  

Troisième étape, essentielle : enfiler le harnais. Deux sangles qui entourent les cuisses et une autour du torse avec d'énormes mousquetons - le marin qui m'accompagne les appelle des "stop-chute". En cas de glissade, ce mousqueton accroché à un filin du bateau se bloquera et notre journaliste restera suspendue dans les airs. 

Une fois tout ceci fait : c'est parti. Il faut d'abord monter sur la coque, puis grimper... en faisant bien attention : les pieds sur les barres en bois, les mains sur des filins enduits de goudron, mais surtout pas sur les barres horizontales. La raison : comme elles sont en bois, elles peuvent céder, et là c'est la chute. 

On arrive difficilement au premier palier. On a beau se dire de ne pas regarder vers le sol, c'est peine perdue... La terre ferme a l'air très loin. Notre journaliste s'arrête au premier palier - impossible de monter sur les vergues [les barres perpendiculaires au mât, qui permettent d'étendre les voiles, NDLR]. Mais de là, la vue sur la Seine et ses quais est déjà imprenable. 

Notre journaliste arrive au niveau du premier palier, situé à 8 mètres environ.  - Radio France
Notre journaliste arrive au niveau du premier palier, situé à 8 mètres environ. © Radio France - Antoine Sabbagh

Les jambes tremblent trop, il faut redescendre. A peine arrivé sur le pont, on demande : "On est montés super haut là, non ?" En fait non : huit mètres de montée. L'ascension des mâts du Sedov, à 54 mètres de haut, ce n'est pas pour demain... 

360 - Découvrez la vue à 360 degrés du haut du mât du Belem

(par Véronique Houdan - Radio France)