Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Asa, le panda roux de Clères va partir "dans quelques semaines, mois", au parc zoologique de Mulhouse

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le panda roux du parc de Clères (Seine-Maritime), la petite Asa va partir "dans quelques semaines, mois" au parc zoologique de Mulhouse pour pouvoir se reproduire avec un mâle de son espèce.

Asa, le panda roux du parc de Clères va partir direction le parc zoologique de Mulhouse. (photo d'illustration)
Asa, le panda roux du parc de Clères va partir direction le parc zoologique de Mulhouse. (photo d'illustration) © Maxppp - Thierry Creux

C'est une bien triste nouvelle pour ceux qui aiment les pandas. Asa, le panda roux du parc de Clères, qui avait tant fait parlé d'elle au moment de lui trouver un prénom, va bientôt partir. "Elle va partir d'ici quelques semaines, mois au parc animalier de Mulhouse", explique Julie Levrier, directrice adjointe du parc et responsable des animaux.

"C'est un parc animalier qui va l'accueillir pour qu'elle puisse se reproduire avec un mâle de son espèce", poursuit Julie Levrier. "Comme dans la nature, en fait, les petits ne restent pas longtemps avec les parents. Ils partent au bout de la première année, une fois qu'ils sont matures. Ils partent, ils changent de territoire", ajoute la directrice adjointe du parc. 

"Asa fait partie des animaux qui sont en voie de disparition pour lesquels on participe à des programmes de reproduction et de conservation donc elle va rejoindre un mâle qui est compatible avec elle pour pouvoir conserver la diversité génétique de l'espère", conclut Julie Levrier.

Ses parents, Chaya et Tao, eux restent au parc des Clères, toujours fermé à cause de la crise sanitaire. Dans quelques semaines, mois, les Seinomarins vont devoir dire au revoir à Asa. En espérant que d'ici là, le parc puisse rouvrir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess