Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Au lieu de s'envoler pour la Crète, 170 passagers restent bloqués à l'EuroAirport

mardi 24 juillet 2018 à 18:04 Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les vacances ont mal débuté pour 170 passagers qui devaient s'envoler ce samedi vers la Crète, au départ de l'EuroAirport. Ils sont restés bloqués deux jours à Bâle, à cause d'un avion qui a eu une panne technique et qui n'est finalement jamais arrivé. Un événement rare, selon l'EuroAirport.

Les 170 passagers sont restés deux jours à l'aéroport de Bâle-Mulhouse
Les 170 passagers sont restés deux jours à l'aéroport de Bâle-Mulhouse © Maxppp - Rolf Haid

Bâle Aéroport, Saint-Louis, France

Des vacances qui ont mal commencé pour 170 passagers qui devaient partir en Crète samedi depuis l'Europairport. Ils ont du rester pendant deux jours à Bâle et Blotzheim,  hébergés dans trois hôtels. 

Leur vol de samedi 14 heures, a été annulé en raison d'un problème technique sur un avion de la compagnie aérienne low cost, Small Planet Airlines. Un avion qui devait partir d' Héraklion et qui n'est jamais arrivé, ni samedi, ni dimanche. 

Pas d'avion le samedi et dimanche et annulation du vol lundi ! 

En attendant, 120 personnes sur 170,  ont passé deux jours à l'hôtel en attendant d'avoir une solution. Finalement le vol de lundi n'a pas décollé , puisque la moitié des passagers avaient annulé leur billet et ont préféré se faire rembourser. Il n'y avait pas le nombre de passagers suffisants. 

L'autre moitié a pu, soit quand rejoindre tout de même la Crête avec une autre compagnie, soit accepter des billets offerts pour d'autres destinations. 

Un événement rare, selon la direction de l'EuroAirport.