Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Besançon inaugure un arc de triomphe en carton de 16 mètres éphémère

samedi 7 juillet 2018 à 19:00 Par Florian Cazzola, France Bleu Besançon

1.200 cartons superposés, plus de 2.5 kilomètres de ruban adhésif. La sculpture est aussi impressionnante qu'elle est éphémère. Pour les 10 ans du classement des fortifications Vauban au patrimoine mondial de l'Unesco, un arc de triomphe en carton de 16 mètres a été construit, à Besançon.

Pour fêter les 10 ans de l'entrée des fortifications Vauban au patrimoine mondial de l'Unesco, l'artiste Olivier Grossetête a eu l'idée d'édifier une oeuvre monumentale et participative.
Pour fêter les 10 ans de l'entrée des fortifications Vauban au patrimoine mondial de l'Unesco, l'artiste Olivier Grossetête a eu l'idée d'édifier une oeuvre monumentale et participative. © Radio France - Florian Cazzola

Besançon, France

Pendant des heures, des dizaines de personnes se sont relayées, sous le soleil, pour construire un monument unique et éphémère, place de la Révolution, à Besançon. Pour fêter les 10 ans de l'entrée des fortifications Vauban au patrimoine mondial de l'Unesco, l'artiste Olivier Grossetête a eu l'idée d'édifier une oeuvre monumentale et participative. Un arc de triomphe en carton, d'une hauteur de 16 mètres, réplique de l'oeuvre de Vauban. 

1.200 cartons et plus de 2.5 kilomètres de ruban adhésif

"Passe moi le scotch", "où va ce carton" ... Alors que les premières arches prennent forme sur l'esplanade de pavés, les Bisontins s'apprêtent à surélever une nouvelle fois la structure.  "Le moment où les responsables parlent dans le mégaphone pour demander de l'aide, les gens se réveillent d'un coup, sourit Johanna en train de scotcher la structure avec un ami. On voit plein de monde arriver, c'est marrant."

Alors que les premières arches prennent forme sur l'esplanade de pavés, les Bisontins s'apprêtent à surélever une nouvelle fois la structure. - Radio France
Alors que les premières arches prennent forme sur l'esplanade de pavés, les Bisontins s'apprêtent à surélever une nouvelle fois la structure. © Radio France - Florian Cazzola

La pile de 1.200 cartons entreposés près du musée des Beaux-arts, toujours en travaux, diminue à vue d’œil. Les bénévoles et les participants se coachent mutuellement, ils se donnent les bonnes techniques pour être plus efficaces. "Il y a beaucoup de personnes qui passent par là, un peu par hasard, raconte Jean-Baptise, un bénévole. Ils ne savent pas ce que nous sommes en train de se faire, mais ce qui est intéressant, c'est qu'ils viennent nous donner un coup de main."

La structure en carton trônera au milieu de la place de la Révolution jusqu'à ce dimanche 17 heures - Radio France
La structure en carton trônera au milieu de la place de la Révolution jusqu'à ce dimanche 17 heures © Radio France - Florian Cazzola

Construire et détruire ensemble

Après huit bonnes heures de travail, la structure de plus d'une dizaine de mètres est soulevée une dernière fois. Le dernier étage de l'arc est dressé. Le bâtisseur, lui jubile. "Les gens se mettent les uns contre les autres, ils ne se connaissent pas, détaille Lionel Puddu, le chef d'orchestre de ce projet. Ils échangent, ils se trompent ensemble. Ça crée des liens et une énergie."

La structure en carton trônera au milieu de la place de la Révolution jusqu'à ce dimanche 17 heures, puisque tous les Franc-Comtois sont appelés à la détruire ensemble. "C'est pour montrer que le peuple peut construire un lieu de pouvoir et ensuite le détruire", explique Lionel Puddu aux passants curieux.