Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bientôt de la mozzarella 100% Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est un pizzaïolo de Marcilly-sur-Tille qui a soufflé l'idée à Philippe Delin, patron de la fromagerie Delin de Gilly-lès-Cîteaux. Son but est d'intégrer ce fromage à une pizza 100% Côte-d'Or.

C'est une grande première : la fromagerie Delin va produire de la mozzarella 100% Côte-d'Or !
C'est une grande première : la fromagerie Delin va produire de la mozzarella 100% Côte-d'Or ! © Maxppp - Richard Villalon

Et pourquoi pas une mozzarella fabriquée en Côte-d'Or ? Depuis 2019, le Conseil départemental promeut les "Savoir-Faire 100% Côte-d'Or", c'est d'ailleurs le nom de la marque qu'il a lancé en partenariat avec les chambres des métiers, de l'agriculture ou encore la chambre de l'industrie. 

Les consommateurs peuvent déjà trouver du pain, un fromage, de la viande, du vin ou encore des fruits et légumes garantis "100% côte-d'oriens". Il y aura donc aussi très prochainement de la mozzarella ! La fromagerie Delin travaille sur le sujet et a mis 5 producteurs de lait du département sur le coup. 

"On fabrique déjà de la mozzarella en France"

Philippe Delin

Pas de lait de bufflonne dans la mozzarella de Côte-d'Or

Phlippe Delin sourit : "elle ne sera pas de bufflonne mais au lait de vache !" Le chef d'entreprise explique qu'il aura le droit d'utiliser ce nom là même si l'on se souvient qu'il y a quelques années des producteurs français de feta avaient eus quelques soucis. "On fabrique déjà de la mozzarella en France notamment dans le Haut-Doubs" fait remarquer Philippe Delin. D'ailleurs "c'est un fromage qui ne possède pas de signes de qualité bien précis c'est pourquoi on pourra l'appeler 'mozzarella de Côte-d'Or"

Philippe Delin participait ce jeudi au 3e comité d'agrément de la marque "Savoir-Faire 100% Côte-d'Or" avec le passage symbolique du 100e agréé.
Philippe Delin participait ce jeudi au 3e comité d'agrément de la marque "Savoir-Faire 100% Côte-d'Or" avec le passage symbolique du 100e agréé. © Radio France - Thomas Nougaillon

L'idée d'un pizzaïolo

A l'origine de ce qui sera peut-être bientôt une "révolution gustative", Guillaume Durand. C'est ce pizzaïolo de Marcilly-sur-Tille qui a soufflé l'idée à l'industriel. Il veut en effet mettre au pont une pizza 100% Côte-d'Or c'est pourquoi il a besoin de cette mozza. "J'ai échangé avec monsieur Delin à ce sujet, ça l'a interpellé, il s'est dit 'pourquoi pas' et s'est donc penché sur la question avec son bureau d'études"

Guillaume Durand

Début de la production en mars-avril

Pour produire sa mozzarella de Côte-d'Or, Philippe Delin, doit avant toute chose investir dans une machine, une "fileuse", destinée à faire filer le fromage obtenu à partir du lait de vaches. Cette machine coûte 20 000 euros, Philippe Delin étudie plusieurs pistes, notamment celle menant à une machine d'occasion qu'il pourrait faire venir de Suisse. 

La mozzarella 100% Côte-d'Or pourrait être produite dès les mois de mars-avril. La société Delin souhaite la mettre à disposition des pizzérias du département et des consommateurs en magasin. Pour commencer la société prévoit de "passer" 1000 à 2000 litres de lait chaque semaine mais pourrait très vite aller au-delà si le succès devait être au rendez-vous. 

Notre reporter explique comment va se dérouler cette production

Mieux valoriser le lait

Pour les producteurs, l'ouverture de cette nouvelle filière, pourrait constituer une belle opportunité sur le marché, car ils devraient mieux valoriser leur lait qu'ils vendront plus de 400 euros la tonne promet Philippe Delin. Actuellement dans les filières, plus "classiques", ce lait se négocie à peine plus de 300 euros les 1000 litres. Ce jeudi aux côtés du président François Sauvadet avait lieu au Conseil départemental le troisième comité d'agrément de la marque "Savoir-Faire 100% Côte-d'Or" avec le passage symbolique du 100e agréé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess