Insolite DOSSIER : Les Bonnes Ondes

A Bléneau, les girouettes de Roméo font tourner les têtes

Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre mardi 17 janvier 2017 à 4:00

Roméo Gérolami construit des éoliennes depuis près de 20 ans.
Roméo Gérolami construit des éoliennes depuis près de 20 ans. © Radio France - Delphine Martin

Il a 88 ans et il adore bricoler : Roméo Gérolami égaye sa rue et son village grâce à des éoliennes rigolotes. Un petit monde en métal et en couleur qui fait le bonheur de ce retraité de Bléneau (Yonne). Les voisins sont fiers et les passants s’arrêtent souvent, pour admirer.

Si vous cherchez Roméo, il est dans sa cave. Un garage transformé en atelier avec des morceaux de métal partout, des vis, des écrous, des tiges. On trouve aussi quelques croquis, des petites poupées, un ancien carrousel miniature, des girouettes sans hélices…et un projet d’éolienne en forme d’âne : sa dernière création. Cela fait déjà un mois et demi qu'il y travaille. "Il remue les quatre pattes. Il y a tout un mécanisme dedans. Pour faire le même mouvement qu’un cheval" précise le retraité qui ajoute, très technique : "Et toutes les bagues sont montées en bronze. Donc ça ne s’use pas."

Il fabrique des éoliennes depuis 1997

Car elles tiennent, ces éoliennes. Roméo l’affirme fièrement : "Je les descends une fois par an pour mettre une goutte d’huile… ça fait 18 ans que je fais des girouettes et jusqu’à présent, malgré les tempêtes, aucune girouette n’est tombée."

Sa création pour Noël : des colombes de paix - Radio France
Sa création pour Noël : des colombes de paix © Radio France - Delphine Martin

Depuis son arrivée à Bléneau, en 1997, l'ancien mécanicien automobile n'arrête pas de créer : des chevaux qui galopent, des avions, des cyclistes sur leurs vélos. Il y aussi un bonhomme qui boit son vin, une réplique du Concorde... Il n’a pas compté mais il pense qu’il en a réalisé une bonne cinquantaine en 20 ans.

Il passe ses journées dans son atelier

Et pour les fabriquer, il ne compte pas ses heures. Il y passe au moins quatre heures par jour. "Je trouve que dans les villages, c’est triste, il n’y a rien qui bouge. Alors j’ai commencé à faire des girouettes pour m’amuser. Et puis les idées sont venues : un vélo, un cheval, un gars qui boit un coup". Et s’il met tant d’énergie dans ces créations, c’est qu’il en a besoin : "Ça fait plaisir aux gens qui passent. Il y a beaucoup de gens qui s’arrêtent. Je serais mort [sans] rien à faire ! Rester à rien faire, ce n’est pas valable pour moi."

Sa compagne, Odette, a bien été obligée de s'y faire : elle le voit très peu pendant la journée. "Il déjeune le matin, s’habille, fait sa toilette et il descend. Il remonte à midi et quart pour manger. A une heure et demie, il redescend jusqu’à sept heures le soir ! Alors vous voyez, son atelier, c’est sa deuxième maison !"

En ce moment, Roméo travaille sur une girouette en forme d'âne. - Radio France
En ce moment, Roméo travaille sur une girouette en forme d'âne. © Radio France - Delphine Martin

Il change les girouettes avec les saisons

Roméo est né en Italie. Il est arrivé en France à l’âge de 7 ans. Et il a toujours aimé bricoler. Il expose ses créations dans son jardin. Il y a là une quinzaine d’éoliennes, qui changent selon les saisons : des cyclistes pour le tour de France, des rennes à Noël, des cloches pour Pâques. "J’ai aussi des grands brins de muguet pour le printemps. Et des poissons qui font plus d’un mètre" ajoute le retraité.

Les voisins sont fiers et les passants curieux

Ses créations font la fierté de ses voisins. Comme Frédéric, qui habite quelques maisons plus haut. Il circule beaucoup à vélo et prend toujours une minute pour regarder les dernières créations de son voisin Roméo. "Je trouve qu’il est plutôt doué. En plus, ça met un peu de piment dans le quartier, il y a beaucoup de gens qui s’arrêtent et qui apprécient le travail de ce monsieur. Il change, il fait des thèmes. Et il se débrouille un petit peu, pour les matériaux : et le résultat est là !"

Le petit monde de Roméo fait aussi le bonheur des passants, certains s’arrêtent pour admirer les pièces de métal. D’autres lui demandent carrément si les girouettes sont à vendre. Mais le retraité a passé l’âge de faire du commerce. Il se contente de sourire. Et pense déjà à sa prochaine girouette.

Les Bonnes Ondes : les éoliennes de Roméo - Un reportage de Delphine Martin

  - Aucun(e)
- Creative Commons - Babsy