Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Bordeaux : 400 ans après, on a peut-être retrouvé le cercueil de Montaigne

Les équipes du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux, viennent de découvrir dans les sous-sols un cercueil en bois, avec une plaque au nom de Michel de Montaigne. Le maire Alain Juppé a annoncé ce vendredi matin le lancement de recherches pour voir s'il s'agit bien des restes du célèbre philosophe.

Alain Juppé, accompagné de son adjoint Fabien Robert, au Musée d'Aquitaine
Alain Juppé, accompagné de son adjoint Fabien Robert, au Musée d'Aquitaine - capture d'écran compte twitter Fabien Robert

Bordeaux, France

C'est une histoire digne d'Indiana Jones : récemment, dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux, dans un tombeau qui se trouvait  dans la réserve des salles médiévales depuis plus d'un siècle, et "auquel plus personne ne s'intéressait",   a été retrouvé un cercueil en bois, orné d'une plaque en cuivre doré portant le nom de Michel de Montaigne. 

Or, depuis plusieurs décennies, les scientifiques avaient perdu la trace des restes du célèbre philosophe du seizième siècle. Alors, s'agit-il du cercueil du plus illustre des bordelais ? Pour en avoir le coeur net, des recherches archéologiques et anthropologiques vont être menées, a annoncé ce vendredi matin Alain Juppé, le maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole. 

Le cercueil de Michel de Montaigne a connu une histoire mouvementée ; un an après sa mort, en 1592 dans son château de Michel de Montaigne, en Dordogne, il est installé dans la chapelle du couvent des Feuillants, à l'emplacement de l'actuel Musée d'Aquitaine. Dix ans plus tard, un cénotaphe, contenant le cercueil, est construit dans cet église. 

Alain Juppé aux côtés de Laurent Vedrine, conservateur du Musée d'Aquitaine - Radio France
Alain Juppé aux côtés de Laurent Vedrine, conservateur du Musée d'Aquitaine © Radio France - Ezequiel Fernandez

En 1802, le couvent des Feuillants est détruit et remplacé par le lycée ; le cénotaphe et le cercueil sont alors installés dans la chapelle du lycée, qui est incendiée en 1871.  Les restes de Montaigne sont alors provisoirement transportés au dépositoire du cimetière de la Chartreuse. En 1886, les restes sont une nouvelle fois déplacés dans la nouvelle faculté des lettres et des sciences, à l’emplacement de cet ancien couvent, devenu depuis le Musée d'Aquitaine. 

Personne ne s'était inquiété de savoir ce qu'était devenue la dépouille. Jusqu'à ce que Laurent Védrine, directeur du musée, n'ait la curiosité de voir ce qu'il y avait derrière les parois du fameux  caveau. Pour cela, deux petits trous ont été creusés par lesquels a été passé une micro-caméra. "J'ai voulu voir la partie invisible de ce tombeau car jusque là , concernant Montaigne, il n'y avait que des hypothèses, parfois contradictoires, et il fallait les vérifier". 

Je suis curieux de nature, et je voulais savoir ce qu'il y avait derrière ce mur . - Laurent Védrine, conservateur du musée d'Aquitaine

"Vérifier s'il s'agit bien de Montaigne, et reconstruire le récit de cette histoire" Laurent Védrine, conservateur du Musée d'Aquitaine

Les recherches vont prendre de longs mois 

Curiosité et "sagacité" saluée par Alain Juppé : "on sait que les grandes découvertes se font souvent par pur hasard", s'amuse le maire de Bordeaux, qui se dit comme tout le monde, "très excité" par cette éventualité. "Mais n'allons pas plus vite que la musique, place à présent au travail des archéologues." 

Hélène Réveillas est archéo-anthropologue, et c'est elle qui va effectuer ses recherches. "ce sera une véritable enquête : on a un cercueil et une plaque, mais on ne sait pas encore ce qu'il y a à l'intérieur. Donc, déjà, il faut l'ouvrir, et voir s'il y a ou non des restes humains. Et s'il y a des ossements, voir si on peut ou pas les rattacher à Montaigne. Nous allons donc procéder à des analyses biologiques, puis à des analyses ADN; et pour cela, il faudra trouver un descendant ou une descendante du philosophe. ce sera alors le travail des paléo-généticiens." Ce travail scientifique devrait prendre plusieurs mois. 

Les squelettes sur lesquels je travaille d'habitude ne sont pas aussi connus - Hélène Reveillas, archéo-anthropologue

Les recherches ADN vont permettre d'identifier la dépouille

Le cercueil en bois, et la plaque en cuivre dorée portant le nom de Montaigne  - Aucun(e)
Le cercueil en bois, et la plaque en cuivre dorée portant le nom de Montaigne - Mairie de Bordeaux

Ce cercueil est-il donc bien celui de l'auteur des Essais? Les recherches qui vont être entreprises vont à présent déterminer l'intérêt historique de cette découverte. 

Choix de la station

France Bleu