Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Cédric Deshayes, un Normand parmi la fine fleur des artisans français

Cédric Deshayes, artisan fleuriste à Grand Bourgtheroulde, dispute à partir de ce vendredi la finale de la coupe de France des fleuristes au salon Novafleur de Tours. Dix candidats vont s'affronter pendant trois jours pour décrocher le titre de champion de France des fleuristes.

Cédric Deshayes, dans sa boutique de Grand Bourgtheroulde, privilégie les fleurs de production française
Cédric Deshayes, dans sa boutique de Grand Bourgtheroulde, privilégie les fleurs de production française © Radio France - Laurent Philippot

Grand-Bourgtheroulde, France

C'est la quatrième participation de Cédric Deshayes à la coupe de France des fleuristes et ce sera la dernière. L'artisan de 35 ans y a déjà obtenu des distinctions mais jamais le titre suprême. Pour y arriver, il a mis toutes les chances de son côté. Depuis deux mois, il travaille d'arrache-pied à ce concours, "il en est parfois pénible" soupire Charlotte, la première de maison, qui est aussi sa femme. Des heures de travail "avec la bande de potes" car il l'affirme "le vainqueur de la coupe, ce sera le ou la fleuriste qui sera le plus régulier". Des heures à répéter des gestes, à assembler des fleurs, des textures pour préparer la première épreuve "Et la lumière fut" qui débute une fois le camion de 19 tonnes déchargé au salon Novafleur de Tours, la création d'un lustre floral, une pièce imposante, mais l'artisan ne veut pas en dire plus. Tout juste saura-t-on que la pièce est composée de 300 fleurs. 

Neuf épreuves au programme de la coupe de France

,Au programme du week-end, beaucoup d'épreuves autour de Léonard de Vinci, on est à Tours ! Parmi les réjouissances, la création d'une composition sur le thème de la Joconde, une décoration de table, la reproduction du petit jardin du Clos Lucé, ou encore un bouquet. Dans cette épreuve, Cédric Deshayes a déjà excellé en 2011 et en 2014, en remportant le premier prix de France du bouquet. Dernière récompense en date pour le patron, le titre de meilleur artisan fleuriste de France en 2019

Quelques créations de Cédric Deshayes en attente de livraison - Radio France
Quelques créations de Cédric Deshayes en attente de livraison © Radio France - Laurent Philippot

L'artisan privilégie les fleurs françaises

À l'heure où les tulipes des Pays-Bas ou les roses du Kenya ou de Colombie inondent le marché, Cédric Deshayes mise sur la production française. 90% des fleurs qu'il propose à la Maison Art et Végétal proviennent de Rungis, "j'y suis à trois heures du matin pour choisir"

Cédric Deshayes aime créer. Il trempe ce lierre dans l'encre pour pouvoir colorer les nervures - Radio France
Cédric Deshayes aime créer. Il trempe ce lierre dans l'encre pour pouvoir colorer les nervures © Radio France - Laurent Philippot

Le fleuriste a noué une relation de confiance avec les producteurs français, depuis plus de vingt ans, "ils ont des choses superbes, des hortensias, des lisianthus, des lys de Provence". Il saisit une crête de coq dans un vase "regardez ça, c'est superbe!". Certes, l'artisan doit y mettre le prix, mais ce n'est pas le plus important pour lui qui recherche la qualité et Cédric sait de quoi il parle. 

Cédric Deshayes debourse 7,50 euros pièce pour acheter cette nérine. Il en salue la qualité à sa tige un peu tordue. En Hollande, elle serait toute droite - Radio France
Cédric Deshayes debourse 7,50 euros pièce pour acheter cette nérine. Il en salue la qualité à sa tige un peu tordue. En Hollande, elle serait toute droite © Radio France - Laurent Philippot

Il a fait ses premières armes chez Gilles Pothier, sacré champion du monde des fleuristes en 1997. Alors si ce week-end, il pouvait devenir champion de France, ce serait le bouquet et un bel hommage à son père, son grand-père et son arrière-grand-père qui ont ouvert la voie.  Chez les Deshayes, on est fleuriste de père en fils depuis quatre générations !

Choix de la station

France Bleu