Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Centre Colombia : les toilettes payantes font polémique

mercredi 9 janvier 2019 à 20:06 Par Lisa Guyenne, France Bleu Armorique

Ce mercredi, une dizaine de militants ont récolté plus de 1000 signatures pour réclamer la fin des toilettes payantes au centre Colombia, à Rennes. Ils dénoncent cette pratique, que Colombia est l'un des seuls centres commerciaux de Rennes à mener.

Les militants ont disposé des cuvettes et des slogans devant le centre Colombia
Les militants ont disposé des cuvettes et des slogans devant le centre Colombia © Radio France - Lisa Guyenne

Rennes, France

C'est la goutte d'eau qui fait déborder la cuvette. Pour se soulager au centre Colombia, il faut s'acquitter de la somme de 50 centimes. Le centre commercial est l'un des derniers de l'agglomération rennaise à faire payer ses WC : inadmissible, selon la branche de défense des usagers de la CGT. 

"Scandaleux de payer pour ça"

"Signez la pétition !" Claudia, l'une des dix militantes présentes ce mercredi, arrête les passants. Plutôt réceptifs. "Je signe ! On a encore le droit de faire pipi gratuitement, non mais..." affirme une dame. "Je trouve ça scandaleux de faire payer les clients pour ça", confie une autre. Sur des pancartes en carton, quelques slogans : "Pipi gratuit ! Pas de surtaxe, déjà payé dans les courses, emplettes et restauration", ou encore "Petit pipi, gros profit". 

Un problème de prix et de principe

Loïc Alliaume est responsable de l'association de consommateurs INDECOSA-CGT en Ille-et-Vilaine, organisateur de la manifestation. "Cela fait deux ans qu'on réclame la fin des toilettes payantes, et à chaque fois la réponse est toujours la même : la direction refuse." Mais payer 50 centimes pour aller aux cabinets, n'est-ce pas un peu léger comme revendication ? Bien au contraire, selon Loïc Alliaume. 

Le militant dénonce un problème "de prix, et de principe" à la fois. De prix, pour certains clients précaires - un groupe de lycéennes nous confirme d'ailleurs "On n'a pas beaucoup d'argent de poche, avec 50 centimes on peut s'acheter un cookie !", et de principe surtout. "Il n'y a pas que les toilettes. Les pouvoirs publics ont amené deux stations de métro près de ce centre commercial. Donc, on offre tout un équipement qui amène de la clientèle au centre, et derrière le centre fait payer les toilettes...

Une polémique qui n'en est pas une, selon la direction

Les "cabinets de curiosité" du centre Colombia - Radio France
Les "cabinets de curiosité" du centre Colombia © Radio France - Lisa Guyenne

Au premier étage du centre, voici les toilettes, toutes propres et entretenues par une équipe menée par Christian, "28 ans passés au centre Colombia". Il confirme le ras-le-bol des usagers : "La plupart du temps les clients ne sont pas satisfaits, parce qu'il faut toujours payer, pour le parking, pour les toilettes..."

Contacté, le directeur du centre Colombia nous explique par téléphone que cette pratique est pourtant courante dans nombre d'autres villes en France, et que ces 50 centimes servent à faire des WC un lieu "propre et sécurisé", notamment pour éviter les problèmes de trafic ou de squat. Il affirme respecter les idées des opposants, mais la question n'est pas du tout sur la table, selon lui. 

À la fin de la journée, les militants ont tout de même récolté 1137 signatures. Ils espèrent les présenter à la préfecture, et créer une pétition en ligne, afin d'atteindre un maximum de personnes, et pourquoi pas, de se regrouper avec d'autres militants qui connaissent des situations identiques ailleurs en France.