Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Cérémonies du 11 novembre : les porte-drapeaux de Cherbourg attendent la relève

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Les porte-drapeaux recherchent de nouveaux bénévoles pour participer aux cérémonies officielles comme celle de l'Armistice de 1918. A Cherbourg, un jeune de 16 ans est venu remplir les rangs depuis un an, mais il faudrait plus de volontaires car les anciens combattants vieillissent.

Les drapeaux des associations sont conservés à la Maison du Combattant de Cherbourg
Les drapeaux des associations sont conservés à la Maison du Combattant de Cherbourg © Radio France - Frédérick Thiébot

Cherbourg, France

On commémore ce lundi le 101e anniversaire de l'Armistice de 1918.  Comme chaque 11 novembre, de nombreuses cérémonies vont se dérouler devant les monuments aux morts de nos villes et villages. Des commémorations au cours desquelles on verra comme d'habitude des porte-drapeaux.  

La plupart du temps, ce sont d'anciens combattants qui portent les couleurs de leurs associations. Mais ce sont aussi de simples citoyens qui donnent de leur temps pour ce devoir de mémoire. Marcel Lajoie, le président du comité d'entente des anciens combattants de Cherbourg-en-Cotentin, espère que la relève se manifestera assez vite car les anciens combattants vieillissent et ne pourront plus assurer cette tache pendant des années.

Le protocole s'apprend très vite

A Cherbourg, un jeune de 16 ans s'est porté volontaire il y a quelques mois pour être porte-drapeau. Ce jeune apprenti boucher, passionné d'histoire, a voulu s'engager dans ce devoir de mémoire après avoir rencontré Marcel Lajoie. Il n'y a pas de formation pour devenir porte-drapeau. "On demande juste aux personnes d'avoir une tenue correcte et de ne pas venir en chaussures de sport. Ensuite il suffit de respecter le protocole qui ça s'apprend très vite" explique Marcel Lajoie. 

Léon, 78 ans, sera quant à lui à la cérémonie de La Glacerie devant le monument aux morts. Cela fait une trentaine d'années qu'il participe au moins à quatre cérémonies par an. Il est devenu porte-drapeau parce qu'au milieu des années 80, le titulaire était âgé et avait du mal à marcher. "Le plus dur", explique Léon, "c'est la pluie mais surtout le vent parce que c'est plus lourd à porter". Mais si la météo n'annonce pas du beau temps ce 11 novembre, il sera bien présent et espère pouvoir être porte-drapeau encore quatre ou cinq ans si sa santé lui permet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu