Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ces mots qui ont changé de sens

Nous employons sans arrêt des mots qui ont changé de sens au fil du temps, voire des siècles. Que voulaient-ils dire avant ? Découvrons les secrets de la langue française.

Pas simple de s'y retrouver si les mots changent de sens !
Pas simple de s'y retrouver si les mots changent de sens ! © Getty - ozgurdonmaz

Dans Minute Papillon !, Sidonie Bonnec s'intéresse à ces mots qui ont changé de sens au fil du temps. Son invité Jean Pruvost, professeur de lexicologie et d'histoire de la langue française, cosigne le livre "Les mots qui ont totalement changé de sens". Il revient pour nous sur quelques-uns de ces changements. 

Formidable

Aujourd’hui, on aurait tendance à se réjouir que quelqu’un nous trouve formidable. 

Il y a quelques centaines années, ce n'était pas le cas et le mot formidable s’appliquait à une personne effrayante et repoussante. Jean Pruvost cite l’exemple de « l’Empereur qui s’est rendu formidable par la rapidité de ses conquêtes » et qui signifie bien que cet Empereur est redoutable.

Il faut attendre l’année 1826 pour que Balzac donne un sens positif à ce mot dans l'essai Physiologie du mariage.

Énervé

Le mot énervé fait désormais référence à un état de tension, d’émotion et de colère. C’est bien un sentiment vif auquel ce mot fait référence mais il n’en a pas toujours été ainsi. 

Dans Le Petit Larousse de 1906, le mot énervé désigne le fait d’être mou, sans nerf. On est aux antipodes du sens actuel de ce mot. 

Le sens étymologique de énerver est bien celui d’enlever les nerfs, de rendre mou. Chez Voltaire, un personnage implore Dieu de rendre la force à ses bras énervés, ses bras sans nerfs donc et sans énergie.

Retrouvez Jean Pruvost dans Les mots de l'actu sur France Bleu.

Hasard

Aujourd’hui, on peut faire confiance au hasard pour diriger sa vie avec succès. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas.

Au XVIIème siècle, le hasard désigne le risque et le péril. Il reste de ce premier sens l’adjectif hasardeux. 

Pourtant, son origine est az-zahr, un mot arabe qui désigne un jeu de dés. Son sens est alors celui de chance ou malchance, un peu comme aujourd’hui.

Au hasard des transformations, le mot hasard a donc perdu son sens premier pour prendre une teinte plus négative. Il conserve d'ailleurs ce sens en anglais où hazard signifie toujours danger.

Gentil

A l’origine du mot gentil, on trouve les gens. C’est la qualité qui leur est accordée qui peut varier.

Dans la religion juive de l'antiquité, Jean Pruvost nous indique qu'on trouve des gentils à savoir les gens qui ne sont pas juifs. 

Dans le même temps, on trouve dans l’Empire Romains des gentigis qui sont "ceux de notre nation, de notre clan". On prête à ces concitoyens des qualités de cœurs comme ce qui deviendra la gentillesse, la qualité qui définit les gentils. 

Entre-temps, le mot gentil est utilisé pour qualifier quelqu’un d’un peu bête ou de niais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess