Insolite

Des bouteilles de champagne expédiées au Canada à bord d'un voilier

Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne mercredi 4 octobre 2017 à 21:34

La goélette avant son départ du port de la Rochelle le 5 août dernier.
La goélette avant son départ du port de la Rochelle le 5 août dernier. © Radio France - Julien Fleury

Une goélette avec à son bord 6500 bouteilles de champagne Nicolas Feuillatte, doit arriver dans les prochaines heures à Montréal au Québec. Une opération menée avec une société canadienne, pour voir si ce transport maritime propre est viable dans le futur pour la filière champagne.

L'arrivée au port de Montréal est proche pour les 6 500 bouteilles de champagne Nicolas Feuillatte qui auront donc voyagé sans aucun carburant. Une goélette de la société canadienne Portfranc, "l'Avontuur", est partie le 6 août dernier de La Rochelle, avec à son bord des produits 100% français (charentaises, marinières, textiles) dont 6500 bouteilles de champagne Nicolas Feuillatte.

Onze palettes, c'est une petite goutte de champagne pourrait-on dire dans un océan d'expéditions au regard des près de 12 millions de bouteilles expédiées par le centre vinicole Nicolas Feuillatte l'an dernier.

« On regarde d'abord le potentiel du voyage et demain l'avenir que ça peut représenter avec le développement de cargos à voile qui offriraient une véritable opportunité d'un transport transatlantique en carbone neutre sur des volumes plus importants », explique Olivier Legrand, responsable marketing chez Nicolas Feuillatte.

Un test avant tout, et non un argument marketing visiblement. En attendant, cette opération pilote avec le canadien Portfranc permet de voir les contraintes que pose ce type de transport à voile.

C'est vraiment toute la chaîne logistique qui a été réfléchie puisque les bouteilles sont parties de Champagne en camion au gaz... -- Pierre Naviaux du CIVC

Il a fallu adapter la logistique pour ce voyage entre la Rochelle et Montréal. « On est pas sur un conteneur classique, on a aussi dû s'adapter aux dimensions de la goélette pour les palettes, en termes de hauteur et puis évidemment on regarde tout simplement l'impact sur nos champagnes », souligne Olivier Legrand.

Une inconnue oui, après un voyage de presque deux mois dans l'Atlantique. Un long voyage qui s'explique par une escale et quelques aléas climatiques. L'opération pilote, en partenariat avec le comité interprofessionnel des vins de Champagne (CIVC), a poussé loin la logique de réduction de l'impact carbone.

« Les bouteilles sont parties de Champagne en camion au gaz, elles ont été chargées dans le port de la Rochelle en camion électrique », souligne Pierre Naviaux qui travaille au service environnement du CIVC.

Réduire de 25% l'impact carbone d'une bouteille de champagne d'ici 2025

Réduire le bilan carbone de la filière champagne, c'est le but recherché par le comité interprofessionnel des vins de Champagne (CIVC). Or le fret maritime c'est 90 % des expéditions de champagne aujourd'hui. Et si c'est seulement 10% de l'empreinte carbone de la filière, pas question de ne pas travailler sur le sujet.

« On va exporter plus loin vers de nouveaux marchés comme la Chine, le Japon, et donc on veut exporter plus mais mieux », explique Pierre Naviaux. Plus de volumes, mais pas plus d'émissions carbone, c'est tout le défi. Et l'émergence annoncée de véritables cargo voiliers dans les années à venir pourraient bien aider les professionnels à y répondre.

Reportage de Sophie Constanzer.