Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Charly le lion va enrichir la collection du Muséum de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

Le zoo de Plaisance du Touch a fait don de la dépouille de son lion, Charly, mort fin novembre, au Muséum d'Histoire Naturelle de Toulouse. Cela fait plus d'un siècle que les taxidermistes du musée n'avaient pas eu l'occasion de naturaliser un de ces grands félins.

Brian Aïello a séparé la peau de Charly du reste du corps. L'opération doit se faire au plus tard 48h après le décès de l'animal pour éviter la putréfaction
Brian Aïello a séparé la peau de Charly du reste du corps. L'opération doit se faire au plus tard 48h après le décès de l'animal pour éviter la putréfaction - MHNT/CM

Le travail a déjà commencé : la peau de Charly a été séparée du reste de la dépouille, et plongée dans un bain acide et saturé en sels pour éviter qu'elle ne se décompose. Les os ont été nettoyés, triés et rangés dans une boite. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Mais il peut se passer plusieurs mois, voire quelques années, avant qu'on puisse voir Charly dans une exposition du Muséum, car les trois taxidermistes du musée ont beaucoup de travail en ce moment. 

"Il faut définir des priorités, et comme nous avons déjà des lions dans la collection, nous allons sans doute travailler sur d'autres spécimens avant de nous occuper de Charly" détaille Brian Aïello, un des taxidermistes du musée. Une panthère de Chine, aussi appelée léopard de l'Amour, espèce en danger critique d'extinction, attend notamment son tour dans les réserves. 

Le premier lion au muséum depuis plus d'un siècle

Pour autant, l'arrivée de Charly est un événement exceptionnel pour le Muséum de Toulouse : cela fait plus d'un siècle qu'il n'a pas acquis de lion, et les trois spécimens présents dans les collections sont très anciens.  Depuis la taxidermie a beaucoup évolué, explique Brian Aïello. A l'époque, on avait "des mises en situations plus figées, moins dynamiques, dues beaucoup aux matériaux utilisés qui étaient plus lourds. On représentait aussi les carnivores avec les dents bien en évidence. Aujourd'hui on s'est détaché de ce côté effrayant de la faune sauvage". 

Ça peut être intéressant de pouvoir présenter un animal en pleine course, ou peut-être en interaction avec un autre spécimen" - Brian Aïello

Il faudra donc définir la posture du lion, avant de créer la sculpture en polyéthylène qui formera le corps de l'animal. Le travail d'étude et de sculpture peut durer deux mois. 

Pour le muséum c'est un spécimen très intéressant explique Brian Aïello

Etudier la posture du lion d'après des éléments naturels

Même si Brian Aïello s'est déjà attaqué à des animaux plus imposants, comme la girafe Twiga l'année dernière, le scientifique est tout de même un peu impressionné à l'idée à l'idée de naturaliser un lion : "c'est vraiment intéressant aussi parce que ce sont des animaux sociaux, qui ont aussi un langage corporel important. Si on le met en interaction avec un congénère, _on va devoir appréhender la position et l'orientation des oreilles,  l'expression du faciès, le langage corporel_. Et puis après ça a une silhouette et une élégance particulière. Anatomiquement c'est très intéressant à restituer".

Brian Aïello a réalisé un moulage de la gueule de Charly, pour pouvoir la reconstituer plus tard
Brian Aïello a réalisé un moulage de la gueule de Charly, pour pouvoir la reconstituer plus tard © Radio France - Nolwenn Quioc

Les os, eux, seront conservés précieusement dans une caisse, et permettront aux chercheurs qui le souhaitent d'effectuer des mesures ou des prélèvements pour des études comparatives avec d'autres animaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess