Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Chéu, dans l’Yonne, le village des sorcières

mardi 31 octobre 2017 à 5:02 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre

Ce mardi soir, c'est Halloween : la fête des monstres et des sorcières. Dans l'Yonne, la commune de Chéu, près de Saint-Florentin, en connaît un rayon sur les sorcières. Pendant plusieurs siècles, les habitants ont lutté contre les forces du mal. Souvent avec cruauté.

Le village de Chéu célèbre aujourd'hui les sorcières autrefois pourchassées.
Le village de Chéu célèbre aujourd'hui les sorcières autrefois pourchassées. © Radio France - Delphine Martin

Chéu, France

Les archives du diocèse l'attestent : à Chéu, entre le VIe et le début du XIXe siècle (1829), les habitants du village étaient obsédés par le mal. Pour repousser le malin, ils accrochaient des crucifix à chaque intersection ou des chouettes au-dessus des granges.

Mais quand ça ne suffisait pas, ils s'en prenaient physiquement à celles et ceux qu'ils tenaient pour des sorciers : "Chéu avait pour réputation d’être un petit village vivant sur lui-même, ne communiquant pas forcément avec les villages aux alentours, et la méconnaissance faisant que les chéutins se méfaits de l’étranger et de l’inconnu", explique le maire du village, Maurice Hariot.

"Il suffisait que quelqu’un ne réagisse pas comme les autres gens du village et il y avait méfiance" — Maurice Hariot, le maire

Ils accusaient de sorcellerie sans nuance : "Il suffisait que quelqu’un ne réagisse pas comme les autres gens du village, en sortant tard le soir par exemple, il y avait méfiance et on accusait cette personne d’être possédée par le diable", ajoute le maire, qui précise que ces accusations ne tenaient pas compte de l'état mental de la personne, ni de son âge d'ailleurs. "Des enfants auraient même été accusés", dit-il gravement.

"Chéu avait pour réputation d'être un village replié sur lui-même" : Maurice Hariot, le maire

Le « traitement » que les habitants infligeaient à leurs victimes était violent et sans issue : "On prenait la personne ensorcelée, on lui attachait les pieds et les mains et on le jetait dans l’Armançon. Si les gens coulaient, on estimait qu’ils avaient été rappelés par Dieu. S’ils flottaient, on estimait qu’ils étaient possédés, on les pendait et on les brûlait", poursuit Maurice Hariot, Mais dans tous les cas, l’issue était fatale.

Tout s'est terminée en 1829, lorsqu'un grand incendie a totalement détruit le village... qui fut alors considéré comme purifié.

"Les archives du diocèse de France évoquent cette histoire" — Maurice Hariot, le maire

Aujourd’hui, l’élu de Chéu met un point d’honneur à transmettre cette histoire locale, aussi sombre soit-elle : "Les archives du diocèse de France évoquent cette histoire, mais à part ça, on n’a pas beaucoup de traces écrites. Ce sont surtout les grands-pères et les grands-mères qui ont raconté ces histoires à leurs petits-enfants".

Le maire de Chéu est devenu un expert de l'histoire du village. - Radio France
Le maire de Chéu est devenu un expert de l'histoire du village. © Radio France - Delphine Martin

Ignorance, superstition, peur... voilà donc ce qui a poussé les habitants de Chéu à tant de cruauté. Aujourd'hui, les villageois sont bien plus accueillants. Et ils regardent ce passé avec un mélange d'horreur et d'amusement. Horreur pour Monique, qui n'arrive pas à y croire : "J’étais libraire et j’ai vendu des livres sur ces histoires-là. Ce sont des histoires très anciennes et moi, je pense que ce sont des légendes", assure la retraitée.

"Chéu ! C'est le village des sorcières !" — Mireille, une habitante

Pour d’autres habitants de Chéu, comme Mireille, il vaut mieux en rire : "C’est très vieux mais oui, Chéu, c’est le village des sorcières… et des sorciers aussi, sûrement, il n’y a pas de raison ! Est-ce que c’est vrai ? Je ne sais pas, je n’étais pas née !", dit la sexagénaire en riant.

En tout cas comme Mireille, plusieurs habitants ont installé des girouettes en forme de sorcière sur leurs toits. D’autres ont décoré leur jardin. Une sculpture en métal d'une sorcière sur son balai, réalisée par l’artiste Michel Bonnet, trône même à l'entrée du village. Et la fête communale, qui a lieu tous les ans en septembre, a été baptisée "fête des sorcières". A Chéu, les sorcières autrefois persécutées sont donc aujourd'hui célébrées.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla