Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cinquantenaire de la mort du général de Gaulle : quand Metz et Amnéville se sont disputé une statue

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Il y a cinquante ans, le 9 novembre 1970, Charles de Gaulle disparaissait d'une rupture d'anévrisme à Colombey-les-Deux-Eglises, à quelques jours de fêter ses 80 ans. En Moselle, un véritable feuilleton s'est déroulé ces derniers mois, autour d'une statue à l'effigie de l'homme du 18 Juin.

La statue du général de Gaulle trône à Amnéville depuis 1995
La statue du général de Gaulle trône à Amnéville depuis 1995 © Maxppp - Maury Golini

C'est un feuilleton qui aura connu des rebondissements pendant quatre mois, mais qui s'est achevé juste avant le 50ème anniversaire de la mort de Charles de Gaulle. Une statue du général a été au cœur d'une bataille que se sont livrées les communes de Metz et Amnéville. Heureusement, tout est bien qui finit bien.

Un mystérieux acheteur

Le 9 juillet dernier, plusieurs années après la liquidation judiciaire de l'association du syndicat d'initiatives d'Amnéville - propriétaire de la statue -, l'œuvre de l'artiste mosellan Claude Goutin est mise en vente aux enchères, à Verdun. Prix de départ : 5.000 euros. Mais très vite, les enchères flambent entre la ville d'Amnéville, et un mystérieux anonyme... C'est lui qui remporte la bataille : 80.000 € avec les frais.

Déçue, la municipalité d'Amnéville annonce qu'elle va lancer un concours, pour remplacer la statue par une autre œuvre d'art à l'effigie du général.

Le récit de Julie Seniura

Un grand industriel

Quatre jours plus tard, fin du suspense : on apprend que le mystérieux acquéreur est la société Eska, filiale dans l'est du groupe de recyclage de métaux Derichebourg. Mais le comble : le nouveau propriétaire de la statue va en faire don à la ville de Metz, toute fière d'annoncer que De Gaulle trônera sur la place à son nom, devant la gare.

Recours en justice

Ni une, ni deux : le 16 juillet, une semaine après la vente, Eric Munier, le maire d'Amnéville, refuse que le Grand Charles quitte son socle originel. Il menace de contester en justice la vente, en s'appuyant sur l'argument selon lequel la statue était là depuis 25 ans.

La statue reste à Amnéville !

L'été se passe, on ne parle plus de la statue de Charles de Gaulle. Mais nouveau rebondissement trois mois plus tard, fin octobre : Eska renonce à déplacer la statue à Metz, elle restera à sa place. Face au tollé provoqué par l'annonce du départ de l'œuvre,  Amnéville et Eska ont finalement trouvé un terrain d'entente, avec la signature d'une convention de mécénat de 6 ans, renouvelable tacitement chaque année. La décision a été annoncée et votée en conseil municipal le 29 octobre.

Metz aura également la sienne

Dernier épisode, enfin, début novembre : François Grosdidier, le maire de Metz, révèle que la ville aura bien sa propre statue du général, et qu'elle sera installée, comme prévu initialement, sur la place du même nom, face à la gare. Cette statue-là, en bronze également, fera trois mètres de haut : plus grande donc, que celle d'Amnéville ! L'œuvre sera financée par... la société Eska.

La statue messine du général devait être inaugurée le 21 novembre 2020, en présence d'Alain Juppé, à la veille des 130 ans de la naissance de Charles de Gaulle. Mais son installation et son inauguration ont été reportées à cause du reconfinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess