Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : montée en puissance de la fabrication de masques à Belfort

Objectif, produire 100 000 masques lavables par semaine. L'atelier de fabrication de masques au Techn'hom de Belfort monte en puissance, une centaine de couturières est aujourd'hui à pied d'oeuvre. Elles sont embauchées par la société RKF spécialisée dans le linge de maison pour hôtels de luxe.

Montée en puissance de l'atelier de fabrication de masques lavables à Belfort par l'entreprise RKF.
Montée en puissance de l'atelier de fabrication de masques lavables à Belfort par l'entreprise RKF. © Radio France - Jean-François Fernandez

Mardi il y avait 30 couturières, jeudi 70, et aujourd'hui on arrive à 100. L'atelier de couture de masques lavables pour tous les habitants du Territoire de Belfort monte en cadence.

Tous les jours de nouvelles couturières viennent renforcer les effectifs. A chaque fois le même parcours, elles viennent faire un test avec leur propre machine à coudre, si elles sont retenues (seule condition savoir coudre, et être en mesure de suivre les cadences) alors elles laissent leur machine à coudre sur place et commencent sur le champ. Dans un premier temps elles ont un contrat d'intérim avant d'avoir un contrat en CDD avec l'entreprise RKF.

Machine à coudre personnelle d'une courtière à l'atelier de fabrication de masques lavabes.
Machine à coudre personnelle d'une courtière à l'atelier de fabrication de masques lavabes. © Radio France - Jean-François Fernandez

Une organisation militaire

Chaque machine à coudre est installée à une place numérotée et ne change jamais de place durant toute la durée de l'opération. Au total il y a huit lignes de tables, chaque ligne possède des horaires. Cela permet d'espacer les arrivées et départs de trente minutes afin de limiter le nombre de couturières amenées à passer par la porte d'entrée dans le même créneau horaire.

Lorsqu'il s'agit de faire une pause, c'est la même chose, on appelle une ligne et les couturières uniquement de cette ligne cessent le travail et se lèvent. Cela fait très militaire ou scolaire, mais c'est une technique qui évite les concentrations de personnes.

Exemple d'une ligne de table avec ses horaires.
Exemple d'une ligne de table avec ses horaires. © Radio France - Jean-François Fernandez

Des masques pour les habitants du Territoire de Belfort

La ville de Belfort avait besoin de 60 000 masques pour distribuer aux habitants de la ville, le département du Territoire de Belfort 200 000 pour distribuer au Terrifortains. Mais en pleine crise sanitaire en France la Chine ne peut assurer les livraisons pour tout le monde. 

Damien Meslot le maire de Belfort a donc discuté avec l'industriel Riadh Bouaziz PDG de RKF pour savoir s'il était possible de monter un atelier de production à Belfort afin d'être autonome en production et ne dépendre de personne. Le samedi 18 avril 2020 il discute avec le préfet du Territoire David Philot pour monter cette opération. 

Très rapidement un local vide de 1000m2 sur le Techn'hom est identifié. L'atelier qui il y a plus de 25 ans fabriquait des imprimantes pour Bull Périphériques fabriquera des masques de protection pour la population. Un local situé à cote de celui où Gigastorage avait vu le jour. 

Le dimanche des électriciens viennent assurer le câblage. Les rails électriques en hauteur reprennent du service, des prises électriques en descendent pour l'alimentation de centaines de machines à coudre. Les premières couturières arrivent le lundi, déjà le mardi elles sont une trentaine.

Constituer un stock de masques au niveau local

Pour Damien Meslot, le maire de Belfort, la priorité est de distribuer des masques à tous les habitants, mais aussi prévoir l'avenir pour ne plus se retrouver dans la situation du mois de mars où la France n'avait plus de stocks de masques. 

A gauche Damien Meslot maire de Belfort, au centre Riadh Bouaziz PDG RKF, à droite David Philot préfet du Territoire de Belfort.
A gauche Damien Meslot maire de Belfort, au centre Riadh Bouaziz PDG RKF, à droite David Philot préfet du Territoire de Belfort. © Radio France - Jean-François Fernandez

Lorsque tous les masques seront fabriqués, l'atelier va continuer explique Damien Meslot : "Pour constituer des stocks parce que après ce qui s'est passé au cours de cet épisode pandémique, et du fait que l'état n'a pas suivi ce qu'avaient fait monsieur Sarkozy et madame Bachelot c'est à dire avoir un stock de plus d'un milliard de masques, ben nous  nous allons faire des stocks locaux".

Damien Meslot, maire de Belfort

Des couturières applaudies

Durant cette présentation officielle de l'atelier de fabrication de masques, plus de 70 couturières ont continué à coudre des masques avec en fond sonore le ronron des machines à coudre. 

Mais ces couturières qui sont venues dans un élan de solidarité proposer leur savoir faire ont eu la surprise d'être applaudies comme le sont les infirmières chaque soir à 20 heures. C'est Valérie Ganzer, directrice adjointe de l'hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans qui est venue au nom des infirmières et du personnel médical remercier les couturières.

Les couturières en action à Belfort.
Les couturières en action à Belfort. © Radio France - Jean-François Fernandez

Valérie Ganzer s'est adressée aux courtières qui quelques minutes ont cessé de coudre pour l'écouter : "On tient à vous remercier de façon officielle, car on a un engagement fort des politiques, on a un engagement fort de l'état, on a un engagement fort des industriels. On a eu beaucoup de dons au sein de l'hôpital Nord Franche-Comté, et on vous remercie chaleureusement pour tout ce soutien parce que si on a réussi c'est aussi grâce à vous tous, et aussi  grâce à cette solidarité. Moi je suis fière aujourd'hui de  pouvoir partager ce moment avec vous". Et le bruit des machines à coudre de l'atelier est remplacé par des applaudissements de toutes les personnes présentes, applaudissements destinés à toutes ces couturières.

Valérie Ganzer, directrice adjointe de l'hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans

Les couturières à Belfort.
Les couturières à Belfort. © Radio France - Jean-François Fernandez

Pour la distribution à la population, les modalités seront données dans quelques jours.

On sait que les masques vont être envoyés à Rahon-l'Etape dans les Vosges pour être placés dans des sachets plastique individuels pour limiter au maximum les manipulations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess