Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Côte-d'Or : ils sont maçons de père en fils depuis quinze générations

lundi 25 juillet 2016 à 6:00 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne

Chez les Ducherpozat, on est maçons de père en fils depuis 1590. Un record homologué au Guinness Book en 1989. Quinze générations de maçons en ligne direct et sans interruption. Originaires de la Creuse, c'est à Fixin, qu'ils sont aujourd'hui installés.

Yves, Martial et Marien Ducherpozat devant les portraits de leurs ancêtres./.
Yves, Martial et Marien Ducherpozat devant les portraits de leurs ancêtres./. © Radio France - Marion Bargiacchi

Fixin, France

L'église de Daix, le château de Brochon, et la Maison Carbet à Morey-Saint-Denis en Côte-d'Or, c'est eux. La famille Ducherpozat est fière de savoir d'où elle vient et ce qu'elle a accompli jusqu'ici. À Fixin, Martial Ducherpozat gère l'entreprise familiale. À 50 ans, cela fait quelques années qu'il a pris la suite de son père, Yves 73 ans. Son fils, Marien a 21 ans et il suit la voie familiale : il est compagnon du tour de France .

La famille Ducherpozat garde les preuves d'une histoire familiale riche. - Radio France
La famille Ducherpozat garde les preuves d'une histoire familiale riche. © Radio France - Marion Bargiacchi

Les générations voient le métier évoluer

Yves a commencé à travailler à 14 ans. Il se souvient avec une certaine émotion des outils de son époque : "On utilisait des poulies, on montait à la corde... on n'avait pas l'oiseau encore : c'est une hotte qui servait à monter le mortier". Heureusement, la technologie évolue. Surtout pour aller plus vite, mais elle permet aussi de soulager les corps fatigués des maçons "Il y a eu des grues, le chariot élévateurs, ça a été formidable. Fallait porter des sacs de 50 kg, maintenant ils n'en font plus que 25 !"

Il y a une chose qui n'a pas changé : la caisse à outils ! "La massette le burin, la truelle, le niveau... finalement on travaille exactement comme les anciens"  pointe Martial Ducherpozat. Pourtant les choses ont évolué notamment avec l'arrivée de l'informatique. Aujourd'hui, il existe des logiciels de comptabilité, d'autres pour gérer les stocks. Il y en a même pour faire des "dessins, des plans en 3D, dessiner ça facilite". Des logiciels que Marien apprends à maîtriser lors de son apprentissage de compagnon. À Troyes, le jeune homme a pu découvrir un logiciel "Un gros système de sciage des pierres, automatisé, informatisé. On rentrait les coordonnées dans l'ordinateur et le caillou était taillé".

Mais Martial est formel. Il y a une chose que la technologie ne pourra jamais remplacer :

Pour l''aspect de taille, les finitions, il n'y a pas de machines : c'est la main de l'homme. > > * Martial Ducherpozat

Quant à ceux qui soupçonneraient la famille Ducherpozat de misogynie, il n'en est rien : Martial ne serait pas contre qu'une de ses trois filles deviennent maçon : "Mais la plus âgée fait médecine, et les deux autres sont encore trop jeunes pour choisir". Toute l'histoire de la famille Ducherpozat est sur leur site internet.