Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Couches en promotions : pas de débordement ce mercredi à Metz

mercredi 31 janvier 2018 à 17:45 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Au lendemain de scènes de bousculades dans les rayons du magasin Intermarché de Metz-Vallières, pour des couches Pampers en promotion, le calme est revenu ce mercredi. Il faut dire que la direction avait pris des dispositions, avec distribution au compte goutte, et présence de policiers.

Présence policières devant l'Intermarché de Metz-Vallières pour éviter de nouveaux débordements
Présence policières devant l'Intermarché de Metz-Vallières pour éviter de nouveaux débordements © Radio France - Clément Lhuillier

Metz, France

Une demi-heure avant l'ouverture des grilles, ils sont déjà une vingtaine de clients à trépigner, caddies en main. "On ne va quand même pas mobiliser des policiers à chaque fois qu'il y a des promotions !" Remarque mi-amusée, mi-agacée d'une jeune mère de famille, à la vue des agents postés devant l'entrée de l'Intermarché de Metz-Vallières. Des fonctionnaires venus les scènes d'hystérie collective constatées la veille ne se reproduiraient pas.

Car après les promotions sur le Nutella, ce sont les couches Pampers, bradées à moins 70% qui ont provoqué bagarres et bousculades dans les rayons de la grande surface. Au moins 200 personnes selon des témoins. Un triste spectacle auquel a assisté André, pas découragé pour autant puisqu'il est revenu ce mercredi pour tenter sa chance. Avec bonheur, puisqu'il a pu repartir avec son paquet sous le bras.

C'était du délire total, comme on dit. J'ai vu une femme se faire écraser contre un rayon, propulsée par la masse. Il y avait des mères de famille, avec des poussettes..." 

7 minutes pour écouler le stock du jour

Cette fois, pas de ruée ni de griffures : passage obligé pour les clients par l'accueil du magasin, et un paquet de couches par personne, pas davantage. En sept minutes à peine, le stock est écoulé... Dalila n'a pas eu de chance, arrivée quelques minutes trop tard, avec ses deux enfants. 

Il faut être la dès 8h30, à l'ouverture. Je suis dégoutée : 7 euros au lieu de 23... Je comprends que des gens puissent se battre pour cela!"

A l'accueil du magasin, pas de foire d'empoigne, mais les employées font face aux clients, parfois mécontents de ne pas pouvoir trouver le produit du catalogue. "Nous ne sommes livrés qu'au compte goutte" tentent-elles d'expliquer. Elle doivent même répondre au téléphone, aux clients qui tentent de réserver des paquets ! Ce matin, il n'y en avait qu'une centaine disponibles.

Pas assez de produits

C'est ce maigre stock que pointent de nombreux clients. "C'est le problème avec ce magasin. Ils font une promotion, mais il n'y a pas assez de produits dans les rayons" poursuit André, qui cite des exemples récents de remises sur du vin ou des eaux pétillantes, là aussi absents des rayons. Les clients n'ont donc pas d'autre choix que de retenter leur chance. Ils ont jusqu'à la fin de l'offre, le 11 février, pour mettre la main sur l'un de ces si convoités paquets de couches. 

Reportage de Clément Lhuillier