Insolite

Creuse : la cloche de sa vache fait trop de bruit, il passe au tribunal

Par Audrey Tison, France Bleu Creuse mardi 12 janvier 2016 à 18:10

Les Aubracs ont besoin d'une "meneuse" équipée d'une cloche
Les Aubracs ont besoin d'une "meneuse" équipée d'une cloche © Maxppp - Tim Somerset

Un agriculteur de Pionnat a dû s'expliquer ce mardi devant le tribunal de police de Guéret, après deux plaintes de son voisin qui l'accuse d' "atteinte à la tranquillité du voisinage". Une guerre de clochers qui tourne au "ridicule", d'après son avocate..

Convoqué par la justice, parce que la cloche de sa vache fait trop de bruit ! C''est ce qui est arrivé à un agriculteur de Pionnat ce mardi matin. Après deux plaintes successives d'un voisin pour "Atteinte à la tranquillité du voisinage", il a dû s'expliquer devant le tribunal de police de Guéret, une audience assez étonnante.

Si mon client était condamné, on serait au bord du ridicule, estime l'avocate de la défense.

Oui l'agriculteur l'admet, il a bien une vache équipée d'une cloche, mais d'après lui c'est indispensable dans un troupeau d'Aubracs, la meneuse doit indiquer sa position aux autres pour les rassurer. Le problème c'est que cet été ses vaches ont passé plusieurs jours dans le pré qui entoure l'habitation d'un voisin, Serge, qui se plaint de subir des nuits blanches.

La cloche c'est toute la nuit, je ne dors pas, ça m'empêche d'ouvrir ma fenêtre en plein été, affirme le plaignant à la barre.

Des arguments qui étonnent l'agriculteur : "C'est pas vrai, ça n'empêche pas de dormir,  c'est pas un bruit continu, les vaches dorment elles aussi!" Mais surtout la Nationale 145 passe à moins de 100 mètres de là, "le bruit des véhicules est plus gênant", indique un procès-verbal des gendarmes. De son côté, le procureur refuse d'arbitrer entre "les deux sons de cloche", il ne requiert aucune peine. Le juge estime que l'infraction n'est pas caractérisée, aucun texte n'interdit la présence de cette cloche. L'agriculteur est relaxé, le plaignant débouté.

Au cours de l'audience, on comprend que cette affaire n'est que le énième rebondissement d'un conflit qui dure depuis 14 ans, lorsque que l'agriculteur a acheté le fameux pré. Depuis, les querelles se répètent autour de clôtures, de désherbant ou encore de canon-effaroucheur.. Une chose est sure : les deux voisins n'iront jamais "se taper la cloche" ensemble.

Je vais aller réconforter ma vache Mémère, elle aura un peu plus d'aliments ce soir, parce qu'elle a gagné une victoire, ironise le propriétaire de la vache après sa relaxe.

Partager sur :