Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Crue de la Seine : comment une reporter de France Bleu Normandie a été évacuée par les pompiers

Qu'est-ce que c'est que de vivre une inondation ? De nombreux habitants de Seine-Maritime se sont retrouvés les pieds dans l'eau à trois reprise en l'espace de 24h. A France Bleu Normandie, nous sommes allés vivre la crue de la Seine auprès d'eux et on s'est retrouvé pris au piège.

Sixtine Lys, en reportage pour France Bleu Normandie, a dû être évacuée par des pompiers.
Sixtine Lys, en reportage pour France Bleu Normandie, a dû être évacuée par des pompiers. © Radio France

Rouen, France

Comment vit-on une inondation quand la Seine est en crue ? Alors que de nombreux habitants de Seine-Maritime sont encore les pieds dans l'eau ce vendredi 2 février 2018, une reporter de France Bleu Normandie a vécu cette désagréable expérience avec certains d'entre eux jeudi. Chez des habitants de Sotteville-lès-Rouen, dans l'agglomération de Rouen, elle a suivi la montée des eaux et partagé l'anxiété de Christine, Christian et leurs trois enfants. Voici son récit.

L'eau monte à vue d'œil

Midi et demi, rue d'Eauplet, c'est le ballet des voitures. Tout le monde se précipite pour garer son véhicule à l'abri, plus haut. Il s'agirait de ne pas se faire avoir une deuxième fois. Les voisins parlent entre eux. "Et vous, vous avez de l'électricité ?" on demande. "Ca y est, ça commence !" lance un riverain, les yeux rivés sur le bout de la rue. À 13h, la Seine prend possession de la route, du parking, des trottoirs, et c'est très rapide : l'eau monte à vue d’œil. 

Réfugiée chez Christine, Christian et leurs enfants

Chacun file s'abriter, je me réfugie chez Christine, Christian et leurs trois enfants. Leur cour se remplit rapidement. Avec les enfants, Jenny, Léa et Enzo, on se poste dans l'entrée et on scrute. Ils sont ravis, ils manquent l'école deux jours les chanceux, ça leur fait un week-end prolongé. Christine, elle, est un peu moins joyeuse. Elle a encore en mémoire la première crue, à trois heures du matin, Elle guette à toutes les fenêtres pour essayer de mesurer la montée des eaux. Elle prend des repères : ses pots de fleurs, la table de jardin, le portail des voisins. "On aurait presque envie de plonger faire une petite brasse", sourit Jenny. Christian reste mutique, le nez collé au palier, pour voir si l'eau va rentrer chez lui. Et finalement, peu avant 16h, tout le monde soupire, ça ne monte plus.

Ça va chez vous ? Il commence à faire froid !"

Mais on n'est pas débarrassé du problème pour autant. L'eau stagne et elle ne redescend pas. On commence à tous tourner en rond dans ce petit îlot isolé. Les heures passent et on perd à peine quelques centimètres. Dans le jardin, l'eau m'arrive à la taille, je ne peux pas rentrer à la rédaction à Rouen. On passe des coups de fil, on essaye de communiquer avec les voisins : "Ça va chez vous ? Il commence à faire froid !". 

Il faut se rendre à l'évidence, ça redescend bien plus lentement que ce n'est monté. Et moi, je suis toujours coincée. Vers 18h30, les pompiers passent de maison en maison pour s'assurer que tout va bien, beaucoup de riverains n'ont ni chauffage ni d'électricité. Et il repartent avec... une reporter de France Bleu sur le dos ! Nicolas me dépose sur la terre ferme, mais Christine et sa famille, eux, restent, ils ont eu une nouvelle crue dans la nuit de jeudi à vendredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu