Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Dégustation à Fécamp d'une bouteille de Bénédictine qui a passé plus d'un siècle au fond de la mer

Une quinzaine de personnes ont pu goûter ce que contenait l'une des bouteilles de Bénédictine, la liqueur fécampoise, retrouvées cet automne au fond de la mer Baltique. "Elle était tout à fait bonne", assure le responsable de la production.

Une bouteille de liqueur centenaire a été ouverte ce mardi au palais Bénédictine de Fécamp.
Une bouteille de liqueur centenaire a été ouverte ce mardi au palais Bénédictine de Fécamp. © Maxppp - Fred de Noyelle / Godong

Fécamp, France

C'est un moment historique, "beaucoup d'émotion, beaucoup de fierté et une chance exceptionnelle", selon les propres mots du responsable de la production à la distillerie Bénédictine de Fécamp, Eric Tourain. Ce mardi, une quinzaine de personnes ont pu ouvrir l'une des bouteilles de liqueur fécampoise retrouvées au fond de la mer Baltique à l'automne dernier. Verdict ?

Un produit centenaire et totalement différent

"Elle était tout à fait bonne", assure Eric Tourain, invité ce mercredi de France Bleu Normandie. La bouteille en question a passé plus d'un siècle au fond de la mer, à l'intérieur d'une épave de bateau coulé pendant la Première guerre mondiale et retrouvée par une entreprise suédoise.

"On ne peut pas dire qu'elle soit identique à la Bénédictine qui est fabriquée aujourd'hui, explique l'oenologue. C'est un produit qui a été transformé par les âges et par les conditions de stockage, sûrement très froides et à l'abri de la lumière."

"Mais c'était bien une liqueur, poursuit-il. On ne retrouve pas les notes de miel, de vanille, de plantes et d'épices que l'on a dans nos produits fabriqués aujourd'hui. Elle a évolué vers des notes beaucoup plus cacao, café, moka. Surtout, au nez, on a sûrement eu des échanges à travers le bouchon, des notes d'iode et d'odeur de marine. Et au final, après quelques minutes d'ouverture, des notes très surprenantes de feuille de menthe."

Une seule bouteille a été dégustée au Palais Bénédictine de Fécamp. La distillerie est en contact avec l'entreprise suédoise, qui comptait initialement vendre les bouteilles retrouvées au fond de la mer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu