Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Des arbres tricotés dans le jardin Niel à Toulouse

mercredi 5 août 2015 à 19:04 Par Jean-Marc Perez, France Bleu Occitanie

C'est une mode qui a démarré aux Etats-Unis. Le "Yarn bombing" consiste à recouvrir de tricots des arbres et du mobilier urbain. Une mode qui a inspiré les résidentes de la maison de retraite "Vitalité-Sérénité" dans le quartier Saint-Agne à Toulouse. Depuis fin juin, 5 arbres du jardin Niel ont les troncs recouverts de laine multicolore.

Des arbres recouverts de tricots dans le jardin Niel à Toulouse
Des arbres recouverts de tricots dans le jardin Niel à Toulouse © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Cette idée, à la base, c'était plutot une blague lancée par la psychologue de la maison de retraite lors d'une réunion. Sauf qu'Hanifa, l'animatrice, s'est un peu penchée sur le sujet, et elle a fini par proposer aux résidentes de tricoter pour les arbres : "au départ, elles se sont dit que j'étais complètement cinglée, et puis je leur ai montré des photos de ce que ça pouvait donner, et elles ont trouvé ça sympa."

A Saint-Agne, elles étaient 7 à travailler toutes les semaines entre octobre et juin. Un travail d'équipe, chacune à son rythme.

"Au début, je trouvais ça futile mais en fait, c'est très à la mode".

Les arbres du jardin Niel ne sont pas les seuls au monde à avoir des troncs tricotés . En fait, c'est même une mode, en anglais ça s'appelle le "yarn bombing" et ça consiste à faire du tricot sur du mobilier urbain. Annie, une tricoteuse de compétition l'avoue "au début, ça m'a laissé complètement indifférente, je trouvais ça futile. Moi vous savez le moderne... mais bon, c'est la mode, il faut être dans le vent comme on dit."

L'an prochain, l'animatrice aimerait pouvoir intégrer des enfants au projet. Ils apprendraient à tricoter avec les résidentes.