Insolite

Des Bretons à Las Vegas pour vendre leurs inventions high-tech

Par Annaïg Haute, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mercredi 6 janvier 2016 à 21:50

Les créateurs bretons du sex-toy connecté ont 4 jours pour faire leurs preuves.
Les créateurs bretons du sex-toy connecté ont 4 jours pour faire leurs preuves. - Capture écran

Des créateurs bretons sont à Las Vegas cette semaine pour le CES, le consumer electronic show. C'est le plus grand salon high-tech au monde. Des sex-toy aux GPS d'un nouveau genre, ils espèrent trouver des investisseurs qui croient en leurs produits.

160.000 visiteurs en quatre jours, 800 journalistes accrédités, le salon des dernières technologies de Las Vegas est un événement mondial, et permet aux entreprises qui participent de rayonner et de signer des gros contrats.

Lecture érotique connectée

Une délégation bretonne fait le déplacement, avec plusieurs entrepreneurs. Parmi elles, l'entreprise B. Sensory, et son sex-toy Little Bird   qui propose de la lecture érotique connectée.  Autrement dit : un sextoy qui vibre quand vous lisez les passages particulièrement intenses d'un livre. "On croit que les américains sont puritains, explique la créatrice Christel Le Coq, mais quand vous venez avec une idée originale et une bonne proposition de business, ils sont prêts à vous écouter"

Bien parler anglais et avoir des cartes de visite plein les poches

Seul bémol, il faut faire des présentations très rapides en anglais, ce qui s'annonce un peu compliqué pour la Brestoise. Elle affirme cependant qu'elle s'est préparée à ce déplacement : "On a fait des relations presse en amont, on a pris des rendez-vous avec des investisseurs, on a amené des prototypes, pour montrer l'objet. On est venu avec des fiches de présentation et nos cartes de visite!"

10.000 euros d'investissement, mais des retombées importantes

Les Rennais de Klaxoon sont eux aussi du déplacement, avec un boitier qui permet de connecter les différents participants à une formation entre eux. Ce déplacement aux Etats-Unis représente un gros investissement, 10.000 euros environ, mais promet aussi des retombées importantes. Ainsi, c'est dans une précédente édition du salon que Yann Mac Garry, de l'entreprise Ticatag de Lannion, a réussi à séduire les opticiens Atol,* avec son dispositif de localisation miniaturisé.* Le vendeur de lunettes avait repéré la technologie bretonne et demandé au costarmoricain de l'inclure dans la branche des lunettes. Depuis, l'entreprise a créé de nouveaux produits, qu'elle vient présenter à Las Vegas, notamment un petit boitier qui permet avec une pile d'appareil photo, d'avoir une autonomie d'un an, et d'être localisé précisément. Il est destiné aux secours en mer, ou encore pour faire du tracking, pour les vélos et les voitures qui auraient été dérobées. 

Partager sur :