Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Des cambrioleurs se font passer pour des joueurs de Pokémon Go

jeudi 28 juillet 2016 à 16:07 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère et France Bleu

Mercredi soir vers 20 heures 40 une patrouille de police de Saint-Martin-d'Hères, dans la banlieue de Grenoble, a intercepté deux adolescents tentant de s'introduire chez l'habitant. L'excuse des deux cambrioleurs ? "On cherchait à attraper des Pokémon". Bien tenté, mais ils sont en garde-à-vue.

Deux adeptes de Pokémon Go, des vrais, eux !
Deux adeptes de Pokémon Go, des vrais, eux ! © Radio France

Grenoble, France

"On ne les a pas cru, évidemment". Le commissaire de police n'est pas dupe. Malgré la réputation du jeu Pokémon Go, les deux jeunes n'ont pas réussi à se tirer du faux pas qu'ils venaient de commettre.

On ne les a pas cru, évidemment

Les deux garçons, 16 et 17 ans, déjà connus des services de police pour des vols, ont été interceptés à Saint-Martin-d'Hères, rue Jean-Sébastien Bach, à 20h40. Depuis un jardin, ils tentaient de fracturer un volet à l'aide d'un pied de biche. L'un d'eux portait même une cagoule. Pas vraiment l'allure d'un dresseur de Pokémon classique.

La nuit en garde-à-vue

Mais les deux jeunes ont tout de même tenté le coup. La popularité du jeu en guise d'inspiration, sans doute. D'autant plus que selon certains dresseurs, les Pokémon se cachent parfois dans des lieux privés. Une histoire plausible donc, mais à laquelle les policiers n'ont pas cru. Les deux jeunes ont passé la nuit, et étaient toujours jeudi matin, en garde-à-vue.