Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Des collégiennes de Montpellier inventent la veste du futur

samedi 14 juillet 2018 à 7:55 Par Elena Louazon, France Bleu Hérault et France Bleu

Cinq élèves de 4e du collège Les Aiguerelles de Montpellier (Hérault) ont imaginé une veste intelligente, capable de capter l'énergie du soleil. Avec cette idée, elles ont terminé à la troisième place d'un concours d'innovation national.

Camillia, Ilham, Gaëlle, Joanne et Navlova ont inventé une veste du futur en cours de technologie
Camillia, Ilham, Gaëlle, Joanne et Navlova ont inventé une veste du futur en cours de technologie - Collège Les Aiguerelles

Montpellier, France

Une veste qui peut à la fois capter l'énergie du soleil, recharger un téléphone portable, s'adapter à la température extérieure pour devenir chaude ou froide et même résister aux taches. C'est le projet un peu fou présenté par des élèves de 4è du collège les Aiguerelles de Montpellier. Cette "veste du futur" leur a permis de terminer 3è du "défi Teknik", un projet scolaire organisé par la Fondation agir contre l'exclusion.

Les élèves devaient développer une invention autour du développement durable

"En 2050, cette veste sera indispensable : elle récupère l'énergie solaire, explique fièrement Navlova, l'une des lauréates. Absolument tout le monde aura un téléphone portable, ce système permettra de le recharger.

Pour ce faire, le prototype imagé est équipé d'une batterie fine pour stocker l'énergie et la réutiliser de deux manières : en chargeant son téléphone ou en régulant la température de la veste, en s'adaptant selon la température extérieure.

Pour la partie conception, les élèves ont pu réutiliser ce qu'elles avaient appris en cours de technologie. "Au delà du concours, ça donne du sens à tout ce qu'elles ont appris dans l'année, précise Mustafa El-Mouhamoussi, leur prof de technologie. C'est quelque chose de concret : on a des idées, on cherche des solutions." 

A ses cotés, Gaëlle abonde : "Notre idée c'était de faire quelque chose autour de l'électricité. Au début on voulait mettre des petits panneaux solaires, puis notre enseignant nous a parlé de fibre photovoltaïques et nous a expliqué le fonctionnement."

Pour gagner, il a fallu que les élèves imaginent la veste, mais aussi qu'elles défendent leur candidature : une vidéo pour décrire leur projet, et une bande-dessinée pour imaginer son usage courant dans la société.

Faire découvrir l'industrie

Pour l'heure, la veste n'est pas techniquement réalisable, mais le développement en cours des fibres photovoltaïques pourrait bien changer la donne. Le but du concours n'est de toutes façons pas d'inventer un objet qui pourrait exister, mais de recompenser la créativité.

Les élèves se sont particulièrement investies dans le projet, raconter leur enseignant : "Elles sont venues pendant les heures où elles n'avaient pas cours pour préparer la maquette, leur discours, la vidéo du concours...La veste en elle-même c'est une bonne chose, mais ce sont surtout les à-côtés qui sont intéressants, tout ce qu'elles ont découvert, humainement et en termes d'apprentissages."

La Fondation Agir contre l'Exclusion (FACE) a lancé ce concours en 2014. Il s'adresse aux élèves de la 4è à la 1ère, plus particulièrement en zone rurale ou REP. Plusieurs prix sont décernés, ils visent à faire découvrir aux élèves le monde de l'industrie.

Depuis que le défi existe, Nadia Cheukh, la coordinatrice de la Fondation agir contre l'exclusion dans l'Hérault, a pu constater les effets bénéfiques pour les élèves. "L'action prend tout son sens quand les élèves présentent un projet dont ils sont à l'origine, qu'ils ont monté de bout en bout. Les idées viennent d'eux, nous on est là seulement en soutien. Quand ils présentent leur projet face à des professionnels avec autant d'aisance, c'est enrichissant pour tout le monde !"

En cinq éditions, 100 000 élèves ont participé au concours. Parmi les autres projets récompensés : des tuiles qui transforment les gouttes de pluie en énergie ou une imprimante pour produire de la nourriture.