Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Des fans de Michael Jackson en justice à Orléans contre les témoins américains d'un documentaire

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Trois associations de fans de Michael Jackson, dont l'une basée à Montargis, assignent les témoins du documentaire "Leaving Neverland", accablant pour le chanteur décédé il y a 10 ans. L'audience a eu lieu ce jeudi matin à Orléans pour "atteinte à la mémoire d'un mort". Décision le 4 octobre.

Manifestation de fans de Michael Jackson contre la diffusion du documentaire "Leaving Neverland" aux Pays-Bas
Manifestation de fans de Michael Jackson contre la diffusion du documentaire "Leaving Neverland" aux Pays-Bas © Maxppp - Dingena Mol

Orléans, France

L'audience était peu banale ce jeudi matin devant le tribunal d'instance d'Orléans. Trois associations de fans de Michael Jackson ont assigné les témoins américains du documentaire-choc "Leaving Neverland" dans lequel ils accusent le chanteur d'actes de pédophilie. La plainte a été déposée pour "atteinte à la mémoire d'un mort", puisque Michael Jackson est décédé il y a 10 ans ; l'audience a eu lieu à Orléans car l'une des associations a son siège social à Montargis, dans le Loiret.

Liberté de parole contre droit à la dignité du défunt

Dans ce documentaire qui a été diffusé en France en mars dernier, Wade Robson et James Safechuck affirment avoir été abusés par Michael Jackson lorsqu'ils étaient mineurs ; ils lui reprochent aussi d'avoir organisé un mariage avec un enfant. Parmi les trois associations qui ont porté plainte contre ces témoins, la Michael Jackson Community, basée à Montargis, et qui revendique 500 adhérents à travers la France. Myriam Walter en est la présidente : "Ce reportage est vraiment écœurant, explique-t-elle, j'ai été très touchée, c'est un truc qui n'est pas passé. Dire des choses qui ne sont pas vraies, c'est ça qui me met en colère !... Quand on veut descendre quelqu'un, vous savez, on fait des rumeurs. Même les gens qui ne sont pas fans ont été choqués."

Pour Me Emmanuel Ludot, l'avocat des trois associations (Michael Jackson Community, donc, mais aussi MJ Street et On the line), assigner ces deux témoins pour "atteinte à la mémoire d'un mort" a tout son sens : "Voilà deux individus américains, qui après avoir juré devant des juges américains que jamais ils n'avaient été agressés sexuellement par Michael Jackson, se réveillent dix ans plus tard et viennent dire les pires horreurs, expose l'avocat. C'est intéressant car on est sur deux cultures totalement opposées : vous avez les Etats-Unis où quasiment tout est permis à coups de dollars ; et puis vous avez la culture européenne qui vise à protéger la mémoire des morts. On n'a pas le droit en France de dire tout et n'importe quoi sur quelqu'un qui est disparu. Un défunt a droit à un minimum de dignité."

Déjà une victoire judiciaire pour les fans il y a cinq ans à Orléans

Myriam Walter précise qu'elle n'a pas hésité à porter plainte : "Bien sûr que c'est important. Je me doutais bien qu'ils ne viendraient pas des Etats-Unis jusqu'à Orléans mais ça n'a pas n'empêché l'audience d'avoir lieu. Franchement, on est obligé de porter plainte : déjà, une, je pense à Michael parce qu'on le descend ; et ensuite, je pense aussi à la famille, tous les jours il y a une rumeur, on ne voudra donc jamais les laisser tranquilles ?"

En l'absence des témoins, l'audience a en fait duré 10 minutes. Les trois associations réclament chacune un euro symbolique et 10.000 euros pour les frais de justice. Le tribunal rendra sa décision le 4 octobre. En février 2014, l'association Michael Jackson Community avait déjà obtenu la condamnation symbolique du Dr Conrad Murray, le médecin de la pop star, pour "préjudice d'affection", devant le même tribunal d'instance d'Orléans.

À ECOUTER : le témoignage de Myriam Walter sur France Bleu Orléans

"Ce documentaire a été quelque chose d’écœurant" - Myriam Walter