Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

À Kehl, des kangourous partagent la vie des pensionnaires d'une maison de retraite

mardi 9 janvier 2018 à 18:13 Par Aude Raso, France Bleu Alsace et France Bleu

Des wallabies gambadent depuis plusieurs années à la maison de retraite Dr. Friedrich-Geroldt à Kehl (Allemagne), pour le plus grand bonheur des résidents.

Trois wallabies vivent à la maison de retraite de Kehl (Allemagne).
Trois wallabies vivent à la maison de retraite de Kehl (Allemagne). © Radio France - Aude Raso

Mettre un pied dans le jardin d'une maison de retraite, et voir un petit kangourou se précipiter vers vous : la scène a de quoi surprendre. Elle est devenue habituelle à la Dr. Friedrich-Geroldt-Haus, à Kehl, en Allemagne. Voilà plusieurs années que cette maison de retraite abrite des wallabies, des kangourous plus petits et bien moins agressifs que ceux que l'on trouve en Australie.

Dobbyfee et Rocky, le couple de kangourous qui vit à la maison de retraite de Kehl. - Radio France
Dobbyfee et Rocky, le couple de kangourous qui vit à la maison de retraite de Kehl. © Radio France - Aude Raso

Sabine Appel-Steurer, qui travaille dans l'établissement, nous présente Dobbyfee, la femelle, Rocky, le mâle, et le petit Rocco, âgé de moins d'un an. "Dobbyfee, je m'en suis occupée dès sa naissance, à la mort de sa mère, en 2014. Elle était toute petite, elle n'avait pas encore de pelage. Je l'ai portée contre moi pendant des mois pour qu'elle n'ait pas froid", raconte Sabine Appel-Steurer.

Sabine Appel-Steurer, salariée de la maison de retraite, s'est occupée de Dobbyfee bébé. - Radio France
Sabine Appel-Steurer, salariée de la maison de retraite, s'est occupée de Dobbyfee bébé. © Radio France - Aude Raso

Importer des kangourous depuis l'étranger est illégal. La maison de retraite travaille donc avec des élevages allemands. Si Dobbyfee se montre docile et affectueuse, Rocky est bien plus sauvage. Les résidents ont pour consigne de ne pas trop s'approcher ou toucher les animaux.

Une occupation pour les résidents

_"_Nous avons déjà eu des lièvres, des chats, des chiens... Mais ils ne sont pas aussi intéressants que les kangourous, explique Sabine Appel-Steurer. Les résidents vont beaucoup plus dans le jardin pour regarder les petits kangourous qui bondissent. Et les wallabies broutent la pelouse, c'est un autre avantage."

Quant à Stephan Müller, le directeur de la maison de retraite, il se réjouit de voir le sourire sur les visage de ses résidents : _"Ils regardent les kangourous manger les carottes et les pommes.  _Ça leur donne une occupation. Ils se sentent responsables de ces animaux."

Grâce aux kangourous, nous avons des visiteurs dans la maison de retraite. Des classes par exemple. Beaucoup de jeunes.

Au printemps, la maison de retraite devra se séparer du petit Rocco, qui risque, en grandissant, de devenir un rival pour son père. Il sera placé dans un élevage... au moment où sa maman Dobbyfee donnera naissance à un autre bébé wallaby.

Rocco, le bébé wallaby, né au printemps 2017. - Radio France
Rocco, le bébé wallaby, né au printemps 2017. © Radio France - Aude Raso