Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Des ours en peluche envahissent les restaurants dijonnaises

-
Par , France Bleu Bourgogne

Faute de clients, certains restaurateurs dijonnais exposent depuis quelques semaines des ours en peluche dans leurs vitrines. Une idée inspirée d'une initiative parisienne pour redonner vies à ces lieux encore fermés.

Catherine Bouillé s'est inspiré d'une initiative parisienne, pour remettre un peu de vie dans les vitrines vides de Dijon
Catherine Bouillé s'est inspiré d'une initiative parisienne, pour remettre un peu de vie dans les vitrines vides de Dijon © Radio France - Louise-Adélaïde Boisnard

Depuis quelques semaines, vous les avez peut-être vus, installés en vitrine de certains restaurants ou bars dijonnais : des Dijon'ours ont envahi une dizaine de lieux. Une initiative de Catherine Bouillé, qui s'est inspiré d'un Parisien, Philippe Labourel. Il y a deux ans, "il en a eu assez de voir les Parisiens faire triste mine tout le temps", raconte Catherine Bouillé. Il décide de mettre des nounours dans la vitrine de sa librairie, et depuis, le phénomène ne fait que s'amplifier. 

Audrey et Corentin posent dans la crêperie de Claire Gironais
Audrey et Corentin posent dans la crêperie de Claire Gironais © Radio France - Louise-Adélaïde Boisnard

"Merci les nounours d'avoir fait un peu de pub" - Claire Gironnais 

"On a eu l'idée de les mettre plutôt chez les restaurateurs pour montrer qu'ils étaient là et qu'ils n'attendaient qu'une chose, avoir de nouveaux clients", explique Catherine. Et forcément, ça intrigue les passants. Claire Gironnais tient une crêperie, rue des Godrans. Elle a installé deux nounours dans son établissement.

Des nounours qui attisent la curiosité des passants et rapprochent restaurateurs et potentiels futurs clients (en attendant la réouverture)
Des nounours qui attisent la curiosité des passants et rapprochent restaurateurs et potentiels futurs clients (en attendant la réouverture) © Radio France - Louise-Adélaïde Boisnard

"Il y a des personnes qui ont voulu les racheter", s'amuse Claire Gironnais. Elle reconnaît que ces nounours "amènent à la discussion". Un couple de passants a découvert son établissement grâce à sa vitrine poilue : "Merci les nounours d'avoir fait un peu de pub."

Et vu le succès de cette opération, Catherine Bouillé a des idées pour continuer à faire vivre ces peluches : "Le but, c'est qu'ils bougent, qu'ils vivent d'autres aventures ailleurs", c'est dans cette optique que Catherine veut "organiser un concert de jazz à La Cloche (à Dijon), avec comme spectateurs, les nounours, puisque nous n'avons pas le droit d'avoir de spectateurs humains", regrette-t-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess