Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux traductions retenues pour le mystérieux rocher de Plougastel

Le rocher de Plougastel-Daoulas a livré ses secrets : deux propositions de traduction de ses inscriptions ont été retenues à l'issue du concours lancé par la ville. La pierre parlerait d'un marin mort lors d'une tempête, auquel un ami a voulu rendre hommage.

Deux hypothèses de traductions ont été retenues pour le rocher de Plougastel
Deux hypothèses de traductions ont été retenues pour le rocher de Plougastel

C'est une énigme vieille de plus de 200 ans qui vient de trouver un début de réponse. Deux traductions du rocher du Caro à Plougastel-Daoulas ont été retenues par un jury d'élus et d'historiens : elles évoquent toutes deux un hommage à un marin décédé lors d'une tempête.

Deux traductions autour d'un même thème

Pour Noël-René Toudic, rennais agrégé d'anglais et diplômé d'études celtique, "il ne faisait aucun doute que le texte était en breton du 18ème siècle, la principale difficulté étant que les lettres se suivent sans aucun espace". Sa traduction évoque un soldat, forcé à ramer par jour de tempête, qui aurait péri en mer. Un autre se serait chargé de graver la pierre en sa mémoire. "Serge est mort quand mal exercé à ramer, l'an dernier, son bateau fut retourné par le vent", peut-on lire selon sa traduction. "J'ai d'abord repéré les phrases qui faisaient sens, avant de m'attaquer aux phrases lacunaires pour lesquelles il a fallu y revenir ensuite", précise Noël-René Toudic.

De leur côté, l'écrivain Roger Faligot et le dessinateur Alain Robet ont élaboré une traduction bien différente sur la forme, mais dont le fond est similaire : la traduction d'une phrase par "quelle détresse que de s'être trouvé dans la marine au cœur de cette tempête véhémente" atteste la thèse d'un décès en mer. "Il fallait aussi _faire un travail historique et pas que linguistique_, explique Roger Faligot. A l'époque, il y a des batailles du côté de Ouessant avec des prisonniers venus des Cornouailles ou du pays de Galles qui sont amenés à travailler ici". Selon lui, le graveur de la pierre pourrait bien être gallois. Ce finistérien compte donc poursuivre des recherches pour retrouver sa trace.

Si on met en commun les différentes recherches, je suis sûr qu'on peut aller encore plus loin ! 

Des gagnants bretons

Si les trois vainqueurs du concours lancé par la municipalité sont bretons, les candidatures avaient pourtant afflué du monde entier. Véronique Martin, chargée de mission patrimoine, avait ainsi reçu plus de 2.000 mails de candidature. 61 dossiers avaient finalement été renvoyés, avec des propositions de traductions plus ou moins complètes, depuis la Norvège ou la Thaïlande.

"Ce n'est pas traduit de la même façon mais l'histoire générale est similaire donc on n'a pas pu les partager", précise Véronique Martin, chargée de mission patrimoine à la mairie de Plougastel-Daoulas. Un seul regret : _"il n'y a pas d'histoire de trésor caché_, c'est la déception la plus totale", plaisante-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu