Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉOS - Dijon : embarquez à bord du bateau de VNF qui nettoie les algues du canal de Bourgogne

jeudi 12 juillet 2018 à 20:23 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Vous non plus vous ne pouvez plus les voir en peinture ? Des tonnes de plantes aquatiques envahissent les eaux du canal de Bourgogne. Comme chaque année depuis leur apparition dans les années 2000 Voies navigables de France dégaine ses faucardeurs. De drôles de bateaux qui permettent de les couper.

La faucardeuse de Voies Navigables de France nettoie les eaux du Port du Canal à Dijon
La faucardeuse de Voies Navigables de France nettoie les eaux du Port du Canal à Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon, France

Les pêcheurs, les promeneurs et les plaisanciers n'en peuvent plus. Depuis plusieurs semaines le canal de Bourgogne est de nouveau rempli de plantes aquatiques. Elles compliquent la circulation des bateaux et des péniches en se prenant dans les hélices et en bouchant les filtres des moteurs. Ces "myriophylles aquatiques" (en langage scientifique) auraient été introduites en Europe au début des années 2000 en provenance de Floride, la faute au développement des aquariums. 

À bord des faucardeurs qui nettoient le canal

Depuis le 27 juin dernier, Voies navigables de France (VNF) a donc remis à l'eau ses deux faucardeurs. L'un de ces bateaux un peu spéciaux - doté de roues à aubes et de sections capables de trancher les végétaux en profondeur - est en action depuis quelques jours au Port du Canal de Dijon. Il coupe les plantes aquatiques et les remonte sur un tapis roulant. Chaque jour ce sont environ 100 mètres cubes de ces "algues" qui sont débarquées sur la berge. 

Le bateau effectue une dizaine de rotations chaque jour, il collecte environ 100 mètres cubes de ces plantes aquatiques dans le port - Radio France
Le bateau effectue une dizaine de rotations chaque jour, il collecte environ 100 mètres cubes de ces plantes aquatiques dans le port © Radio France - Thomas Nougaillon

Julien Mougenot est agent d'exploitation à VNF, il est aussi l'un des "capitaines" de la "Gloïre". Le nom du bateau bleu et vert, aux couleurs de VNF, est tiré d'un personnage de "L'Arrache-cœur" un roman de Boris Vian. Dans ce livre la "Gloïre" est un homme dont le travail consiste à repêcher avec les dents des déchets jetés dans la rivière rouge. 

Avant de monter à bord il faut revêtir un gilet de sauvetage puis on grimpe le long d'une échelle métallique pour prendre place dans la cabine de pilotage.  "Là je vais mettre en route les sections, c'est ce qu'on voit bouger en bas au niveau de l'eau c'est ce qui nous permet de couper les plantes -explique Julien Mougenot- le principe c'est d'aller au fond de l'eau, le plus bas possible". 

Écumant le Port du Canal, Julien Mougenot coupe et ramasse de nombreux mètres cubes de plantes aquatiques. La végétation remonte sur un tapis roulant et rempli peu à peu son embarcation. "Le bateau se remplit très vite. Une fois que c'est plein je file vers la berge et je le vide. Ensuite mes collègues vont venir chercher les tas pour les enlever du port".   

Embarquez aux côtés de notre reporter dans la faucardeuse de VNF

Julien Mougenot aux commandes de "La Gloïre" - Radio France
Julien Mougenot aux commandes de "La Gloïre" © Radio France - Thomas Nougaillon

Une opération inefficace ? 

Sur la berge, Armand, 69 ans pêche dans les eaux du Port du Canal. Pour lui ces bateaux faucardeurs sont inefficaces. "VNF s'y prend trop tard pour passer la faucardeuse" déplore le sexagénaire. "Et puis la machine est tout le temps en panne, hier elle est tombée en rade trois fois !

En tant que pêcheur Armand explique que "c'est emmerdant parce que la pêche est (sa) seule passion". "Là où je me trouve ça va bien mais regardez là-bas, si vous prenez un brochet vous ne pouvez pas le ramener, c'est impossible, ou alors vous ramenez aussi 10 ou 15 kilos d'algues ! J'ai payé 90 euros de carte de pêche cette année pour rien du tout !" Armand peste contre ces bateaux. "Ils devraient acheter des machines plus efficaces. Il faudrait les arracher ces herbes ! Là ça repousse chaque année, c'est comme le gazon". 

Armand trouve le faucardage inefficace

Armand, un pêcheur Dijonnais, ne supporte plus ces plantes aquatiques - Radio France
Armand, un pêcheur Dijonnais, ne supporte plus ces plantes aquatiques © Radio France - Thomas Nougaillon

Samuel Leblanc, chef d'équipe à VNF, travaille sur les problématiques environnementales touchant au Canal de Bourgogne. Il répond à la supposée "inefficacité" du faucardage. "Voies navigables de France travaille avec une politique de zéro produits phytos, du coup nous sommes limités, c'est pourquoi nous faisons du faucardage mécanique". Mais qui sait, un jour les choses pourraient évoluer grâce à la recherche. "Nous avons des partenariats avec des universités, des entreprises pour essayer de trouver des solutions mais pour l'instant nous sommes obligés de couper ces plantes pour les ramasser". 

Samuel Leblanc de VNF explique que des recherches sont à l'étude pour améliorer le système

Un poisson mort il semble emprisonné dans les algues du Port du Canal de Dijon - Radio France
Un poisson mort il semble emprisonné dans les algues du Port du Canal de Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Une campagne d'environ trois mois

Cette campagne de faucardage va durer au total 2-3 mois, elle devrait se terminer aux alentours du 20 septembre. Jusqu'à présent VNF laisse ces plantes sécher et disparaître naturellement sur la berge du canal. Bientôt, la législation va lui imposer de les acheminer dans un centre de déchets spécialisé.  Vous pouvez voir l'un des bateaux faucardeurs (achetés en Floride !) entre Fleurey-sur-Ouche et Saint-Jean-de-Losne, le deuxième est stationné du côté de Montbard. Enfin entre Tonnerre et La Roche Migenne, sur une trentaine de kilomètres, VNF, fait appel à une entreprise privée pour environ 115 000 euros par an. 

Le Port du Canal de Dijon - Radio France
Le Port du Canal de Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Le canal de Bourgogne s'étend sur 240 kilomètres entre Saint-Jean de Losne et La Roche Migennes dans l'Yonne. Ce vendredi 13 juillet 2018 vous entendrez nos reportages sur l'antenne de France Bleu Bourgogne (98.3 ou 103.7) dans nos journaux du matin.