Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Disparu depuis cent ans, un dragon en verre d'Émile Gallé est remis en vente chez Artcurial

La vente ce mardi 21 mai chez Artcurial à Paris est présentée comme exceptionnelle. Parmi les pièces au catalogue, le "dragon héraldique" créé en 1894 par le maître verrier de Nancy Émile Gallé. Une urne à parfum disparue des ventes depuis près de cent ans.

Le dragon d'Emile Gallé réapparait après cent ans d'absence
Le dragon d'Emile Gallé réapparait après cent ans d'absence - S.Briolant

Nancy, France

Une pièce exceptionnelle du verrier de l'école de Nancy Émile Gallé est mise en vente à Paris ce mardi 21 mai dans le cadre d'une grande vente d'art déco et d'art nouveau chez Artcurial. Cette pièce, un "dragon héraldique" en verre soufflé réalisé en 1894, a été exposée à Nancy puis à Paris lors de l'exposition universelle de 1900. 

L'urne à parfum a été réalisée en verre soufflé, haute de 29 cm et longue de 27 cm. Dans le catalogue d'Artcurial, on découvre que ce dragon porte une inscription au cou "ainsi me devez tenir en vo servage". Le verre de la sculpture est "ambré légèrement opalescent entièrement patiné à trainées intercalaires rouge et rose parsemé d'oxydes métalliques dorées". "La signature est japonisante sous la base", précise encore Artcurial sur son site, "monogramme du verrier avec la croix de Lorraine et marquée "Exp.1900". 

La pièce avait disparu de la circulation depuis le début du 20e siècle, possédée par une même famille et jamais remise en vente depuis. Le grand-père du propriétaire actuel l'avait acquis. La dernière photographie lors d'une exposition remontait à 1895. Une pièce estimée entre 200.000 et 300.000 euros.

"Pour les amoureux de l'Art nouveau et de la verrerie, cette découverte vous transcende" confie Amélie Marcilhac, experte pour la maison de vente Artcurial 

Amélie Marcilhac est experte pour la maison de vente Artcurial à Paris, elle explique qu'elle n'y croyait pas du tout. "Quand j'ai reçu un coup de téléphone d'Artcurial, je suis venue immédiatement" confie-t-elle. "C'était une découverte incroyable". Elle confie avoir contacté son père, ancien expert lui aussi en Art nouveau pendant des décennies. Quand ils ont vu le dragon, pour elle, aucun doute sur son origine. "Pour les amoureux de l'Art nouveau et de la verrerie", ajoute encore Amélie Marcilhac, "c'est quelque chose qui vous transcende".