Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Dordogne : beaucoup de curieux pour visiter le château de Paluel avant sa mise aux enchères

mercredi 6 septembre 2017 à 8:47 Par Fanette Hourt, France Bleu Périgord

Près d'une centaine de personnes, curieux, amoureux des vieilles pierres, potentiels acheteurs ont visité le château Le Paluel mardi 5 septembre, en vue de sa mise aux enchères.

Le château le Paluel en Dordogne où a été tourné "Le Tatoué"
Le château le Paluel en Dordogne où a été tourné "Le Tatoué" © Radio France - Xavier Dalmont

Périgueux, France

La visite du château de Paluel a attiré beaucoup de monde : une centaine de personnes, intéressées ou non pour investir. Ce fameux château de Saint-Vincent-le-Paluel, dans le Sarladais, date du XVe siècle. Il est classé au monument historique, mais il est surtout connu pour avoir été le lieu du tournage du film Le Tatoué, avec Louis De Funès et Jean Gabin.

Il sera vendu aux enchères le 21 septembre prochain. Une visite était donc organisée sous l’œil attentif d'un huissier, pour montrer les lieux aux potentiels acheteurs. Photos et vidéos étaient interdites, mais les curieux pouvaient s'y rendre librement.

Des visiteurs de tous horizons

Il y avait notamment des gens du coin qui découvrent ou redécouvrent le château. Josette par exemple, a 86 ans. C'est une voisine. Elle a même fait le ménage dans le château pendant une vingtaine d'années. Elle avoue venir "par curiosité", même si cela lui fait mal au cœur de voir ces ruines.

Parmi les visiteurs, il n'y avait pas que des acheteurs potentiels.

Plusieurs acheteurs potentiels ont fait du chemin uniquement pour voir le château : des Belges, des Allemands, des Anglais, qui rêvent de la vie de châtelain. Certains avaient même des projets professionnels, comme Michel : "L'idée de monter quelque chose avec des copains. (...) mais c'est inabordable".

L'état du bâtiment en a d'ailleurs refroidi plus d'un : une artiste qui imaginait une galerie d'art, un couple qui se voyait déjà vivre dedans... Mais pas le courage ou l'argent de s'attaquer à des années de travaux, ce qui n'est pas le cas en revanche de Jerri, un Bruxellois qui connaît bien la région, et qui sait d'ores et déjà qu'il fera une offre le 21 septembre prochain, au tribunal de grande instance de Bergerac. Malgré l'étendu des travaux, plusieurs visiteurs semblent, comme lui, prêt à redonner vie au château de Paluel. Mise à prix : 250 000 euros.

Un lieu magique

De la route, on aperçoit à peine les vieilles tours en pierre, cachées au sommet d'une butte entourée d'arbres. Passé le portail, il faut prendre un chemin en gravier et marcher quelques instants. Au pied de la colline, le château de Paluel s'offre aux visiteurs. Les trois tours à créneaux, les murs en pierre jaune du Périgord, les restes de murailles, le pigeonnier, les écuries.... Majestueux, dans un style moyenâgeux, il surplombe les environs.

Puis, il faut grimper un chemin sinueux au milieu des broussailles. On passe encore une arcade en pierre, et nous voici dans la cours du château. Là, le bâtiment perd un peu de sa majesté, mais il garde la beauté de ces vestiges qui ont traversé les âges. Les acacias, le lierre et les herbes hautes envahissent les fenêtres vides et ces murs qui ne cachent plus rien. C'est un squelette de pierre. Des feuilles et des visages gravés encadrent toujours les portes. La chapelle, adossée au bâtiment principal garde sa modeste flèche. Des restes d'un passé lointain.