Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Drapeau breton sur Twitter : et pourquoi pas le drapeau normand ?

Depuis lundi 13 janvier, le drapeau "Gwenn ha du" est disponible sous forme d'émoticone sur Twitter, accolé aux mots-clés "emojibzh" et "Gwennhadu". L'occasion pour les internautes normands, de se demander si l'on verra bientôt les deux léopards sur nos réseaux.

Les internautes normands auront-ils droit, eux aussi, à leur drapeau disponible sur les téléphones ?
Les internautes normands auront-ils droit, eux aussi, à leur drapeau disponible sur les téléphones ? © Radio France - Simon de Faucompret

Normandie, France

 PC'est la consécration pour nos voisins bretons ! Depuis ce lundi 13 janvier, leur drapeau noir et blanc "Gwenn ha Du" est visible sur le réseau social Twitter, accolé aux mots-clés  pour la création de ce même émoticône bicolore.Paire (elle dure jusqu'au dimanche 9 février) lancée par l'association ".bzh" qui veut élargir la popularité de ce drapeau dans le monde et, surtout, permettre l'apparition sur tous les téléphones portables d'un véritable émoticône à l'image du "Gwenn ha Du". Cette arrivée n'est pas passée inaperçue : quelques heures après son apparition, "emojibzh" est devenu le mot-clé le plus discuté sur Twitter en France, et la sixième tendance à l'échelle mondiale !

Petites vannes entre voisins

Il n'en fallait pas davantage pour voir apparaître, sur les réseaux sociaux, quelques images (gentiment) moqueuses de la part de Bretons à l'encontre de nos internautes normands comme cette parodie du film Le Roi Lion en vidéo.

Forcément : la permission par Twitter (moyennant paiement) d'afficher le drapeau breton a suscité quelques envies chez nos internautes normands, privés pour leur part de leur mot-clé "emojinormandie" et de l'apparition, comme par magie, du drapeau rouge aux deux léopards sur les réseaux. Et, comme souvent dans ces petites querelles de voisinage, on notera l'apparition fréquente du Mont-Saint-Michel (que nous situerons bien évidemment dans la Manche, en Normandie), objet de discussions animées de part et d'autre du Couesnon !

Certains jouent la carte du fair-play, comme cette internaute, Marie-Odile : "Bien sûr, un emoji #Normandie avec ses 2 léopards serait tellement plus stylé, mais bon ... Je vais être solidaire en partageant le #emojibzh !"

Et le drapeau normand ?

Une initiative du même genre côté normand, c'est possible ? En théorie, totalement : l'ajout de nouveaux "emojis" sur les téléphones portables est géré par le Consortium Unicode, qui doit notamment s'assurer que le logo soit utilisé fréquemment et par un assez grand nombre de personnes. En gros, tout le monde peut proposer son propre emoji, mais pour qu'il soit accepté, il faut avoir de bons arguments ! L'asso ".bzh" veut d'ailleurs se servir de la nouvelle visibilité de son drapeau sur Twitter pour proposer un nouveau dossier au consortium, en mars prochain.

Créer un émoticône pour le drapeau normand, Laurent Bonnaterre est complètement pour ! "Le drapeau porte un symbole patrimonial idéal pour promouvoir un territoire et son attractivité", juge le président de l'office de tourisme Rouen Normandie Métropole et maire de Caudebec-les-Elbeuf. 

Pas encore de projet "emoji Normandie" dans les cartons, mais Laurent Bonnaterre, président de l'office de tourisme rouennais, ne serait pas contre ! - Radio France
Pas encore de projet "emoji Normandie" dans les cartons, mais Laurent Bonnaterre, président de l'office de tourisme rouennais, ne serait pas contre ! © Radio France - Simon de Faucompret

La Normandie, pour lui, c'est déjà tout un patrimoine qui parle au monde entier : "Ce sont des paysages, le dynamisme économique, la culture et la gastronomie ... sans oublier l'impressionnisme ou le Débarquement de 1945."

"La Normandie a une image internationale, à nous de nous en saisir pour faire le buzz."

L'initiative n'est pourtant pas à l'ordre du jour, à l'heure actuelle. "La question est de savoir si on pourra faire jouer nos capacités, nos influenceurs politiques, économiques et culturels", résume-t-il. "Je pense que notre emblème normand n'est pas aussi connu que le breton ... mais la Normandie a une image internationale, à nous de nous en saisir pour faire le buzz, comme savent si bien le faire nos voisins !"

Même ambition du côté de Michael Dodds, président du comité régional du tourisme en Normandie. "Le drapeau normand, c'est quelque chose qu'on encourage, notamment sur les portables !" D'origine britannique, il reste frappé depuis quelques années par la rivalité, même bon-enfant, qui peut exister entre Normandie et Bretagne : "Il faut arrêter ça", rit-il. "Je n'entends que des comparaisons avec ces deux régions, qui sont très différentes et assez complémentaires !"

Il l'avoue, l'emoji normand n'est pas le premier dossier en cours, "on focalise sur d'autres éléments à construire pour brandir l'étendard normand ici et ailleurs." Mais, petite lueur d'espoir pour ceux qui voudraient répondre à un voisin ou un proche breton à grands coups d'émoticônes : "Si c'est vraiment réclamé par les gens, on va étudier le dossier !" Preuve que la région ne ferme pas la porte à la modernité : il est déjà possible d'ajouter un décor à la sauce normande sur sa photo de profil Facebook : trois graphismes sont disponibles en tapant les mots-clés "léopards normands".

À noter que l'association ".bzh" lutte de longue date pour promouvoir la marque et les couleurs de la Bretagne : une campagne de financement participatif avait été lancée l'an dernier pour la création de ce même émoticône bicolore.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu