Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Drôme : un jeune de 17 ans écrit à Emmanuel Macron pour l'alerter sur la "détresse étudiante"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Paul Mottet, étudiant à Valence, a écrit au président de la République pour lui faire part des difficultés psychologiques et économiques de ses camarades.

Le jeune drômois, Paul Mottet, 17 ans, vient d'envoyer un courrier au président de la République.
Le jeune drômois, Paul Mottet, 17 ans, vient d'envoyer un courrier au président de la République. © Radio France - Mélanie Tournadre

Il s'appelle Paul Mottet, il est étudiant en première année de licence de mathématiques à Valence. Du haut de ses dix-sept ans, ce jeune drômois qui a sauté une classe, a décidé d'alerter Emmanuel Macron sur la "détresse étudiante". Il lui a envoyé une lettre de deux pages qui commence par cette phrase : "Je suis scandalisé, la situation est aberrante, on pourrait croire à une plaisanterie". 

"Nous sommes l'avenir de la France mais nous sommes, encore plus depuis le début de cette crise, traités à la marge."

Le témoignage de Paul Mottet, étudiant drômois de 17 ans.

Paul n'a cours qu'un jour par semaine en présentiel. Il se considère chanceux ; il vit avec ses parents et ses frères et sœurs à Bésayes (Drôme). Cependant, il voit la détresse de certains camarades, notamment ceux qui vivent seuls, sans relation sociale depuis le début de cette crise sanitaire et ceux qui accumulent les difficultés financières. "Nous ne sommes pas écoutés et encore moins entendus". Les repas à un euro, le retour en présentiel un jour par semaine, la création d'un "chèque-psy" ; "les dernières mesures prises par le président de la République sont insuffisantes face à la détresse de certains étudiants" explique Paul. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess