Infos

INSOLITE - Elle trouve une vieille grenade dans ses pommes de terre

Par Laurent Gallien, France Bleu Isère, France Bleu Nord et France Bleu mardi 25 octobre 2016 à 6:36 Mis à jour le mardi 25 octobre 2016 à 8:34

La grenade usée et jaunie se trouvait dans un sac de 25kg
La grenade usée et jaunie se trouvait dans un sac de 25kg © Maxppp -

Une habitante d'Echirolles (Isère) qui épluchait ses pommes de terre dimanche a eu la surprise de tomber sur "un caillou" pensait-elle, qui était en fait une vieille grenade. Le sac est en provenance du Pas-de-Calais via son supermarché.

"Je pioche une pomme de terre et la trouve lourde". Dimanche à Echirolles, dans la banlieue de Grenoble, Isabelle a trouvé une patate un peu bizarre dans le sac de 25 kg acheté au Carrefour Market du coin, et en provenance de Picardie. "Je la tape sur la table et c'est dur. Je me dit que c'est un caillou, et je la mets de côté". "C'est mon mari" poursuit Isabelle, "qui l'a nettoyé et a vu que c'était une grenade". Evidemment, Isabelle et son mari ont eu une belle peur. La grenade, vraisemblablement héritée de la première guerre mondiale et qui parait inoffensive, est au fond du jardin par précaution en attendant des démineurs. La direction de Carrefour Market annonce de son côté l'ouverture d'une enquête interne.

le témoignage d'Isabelle après la découverte de la pomme-de-terre-grenade

Le sac de patates vient de la Somme

En remontant le fil des pommes de terre, on découvre que le fournisseur de ce Carrefour Market a également pour client la plupart des grandes enseignes de distribution. "C'est tombé sur ce magasin, ça aurait pu être ailleurs", intervient le patron de l'entreprise fournisseur (volontairement anonyme), spécialisée dans la pomme de terre. Le lot arrive directement de la Somme, département des Hauts-de-France, une région productrice de plus de 50% des pommes de terre en France.

Mais il y a un siècle, la région a surtout été le théâtre de grands affrontements, durant la Première Guerre Mondiale. C'est donc monnaie courante de retrouver, dans les champs, des grenades ou obus. "On intervient plus de 2000 fois par an en Nord-Pas-de-Calais, et en Picardie c'est la même chose", affirme cet employé du centre de déminage d'Arras. À cette époque, producteurs de betteraves et pommes de terre retournent leur champ, il est courant de voir remonter des explosifs vieux d'un siècle à la surface.

Défaillance du contrôle chez le fournisseur

Pas si étonnant que cela de trouver une grenade dans un champ de patates. En revanche, plus surprenant de la retrouver tout au bout de la chaîne, chez le consommateur. La grenade a passé plusieurs étapes de tri pour arriver là. D'abord chez le producteur, mais celui-ci ne trie que visuellement, en enlevant les roches. La grenade, couverte de terre, avait l'aspect d'une pomme de terre classique. Mais plus surprenant, elle a passé les détecteurs de métaux chez le fournisseur, et le test des employés qui vérifient les féculents par la suite.

"Il y a clairement eu une défaillance, heureusement sans conséquences, mais on pense à renforcer les détecteurs de métaux, ce n'est pas possible que ce genre de choses arrive. C'est la première fois en 30 ans." Le fournisseur.

Enfin, le fournisseur précise tout de même que cela ne serait pas arrivé dans un sac de pommes de terre lavées. Celles-ci sont soumises à un test supplémentaire. Celui-ci n'est arrivé que bien plus tard, à Échirolles.

Partager sur :