Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Emmanuel Macron rend hommage aux troupes coloniales à Reims : qui étaient ces "poilus d'ailleurs" ?

mardi 6 novembre 2018 à 11:48 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

A Reims ce mardi 6 novembre, Emmanuel Macron vient honorer la mémoire des troupes coloniales qui ont combattu pendant la Grande Guerre. Ces "tirailleurs sénégalais" arrivés en 1914 sur le front de l'Est, ont découvert les tranchées non sans difficultés. Sans parfois parler un mot de français.

Julien Fargettas avec un ancien tirailleur sénégalais qui a combattu en Indochine.
Julien Fargettas avec un ancien tirailleur sénégalais qui a combattu en Indochine. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Dans la Meuse ce mardi après-midi, Emmanuel Macron rend hommage aux poilus, qui ont combattu entre 1914 et 1918. Puis son itinérance mémorielle l'amène à Reims dans la Marne, où il inaugure le Monument aux héros de l'Armée noire, seul monument érigé aprés la Grande Guerre qui rend hommage aux troupes coloniales. 

Dans un premier temps, c'est surtout la surprise pour les uns et les autres -- Julien Fargettas 

Venus du Sénégal, de Guinée, du Mali, de Côte d'Ivoire (...), 184.000 hommes, "tirailleurs sénégalais" ont été recrutés dans les anciennes colonies. "Les premiers ayant été recrutés en 1914 au Sénégal, ce terme a été conservé et généralisé pour tous les autres soldats africains recrutés par la suite", explique Julien Fargettas, directeur de l'office des anciens combattants dans la Marne et auteur de plusieurs ouvrages sur les troupes coloniales. Plusieurs vagues de recrutement sont organisées dans les différentes colonies en 1914 et 1918, et certains sont bel et bien recrutés de force. 

Dès l'arrivée des premiers soldats africains sur le front en 1914, les bataillons sont mélangés. "Dans un premier temps, c'est surtout la surprise pour les uns et les autres : nous sommes en 1914, les gens de France n'ont quasiment jamais vu d'africains, mais après, _l'épreuve du sang, l'épreuve de la boue, font qu'on est ensemble dans les tranchées, et il n'y a pas vraiment de différence"_, précise encore Julien Fargettas. Sur les 164.000 soldats africains envoyés sur les différents fronts, 24.000 sont morts. 

A réécouter- Julien Fargettas sur les troupes coloniales envoyés sur le front entre 1914 et 1918.

Au total, poilus français et "poilus d'ailleurs" confondus, la Grande Guerre a fait un million 450.000 morts.