Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Retour sur 2020 en Savoie et Haute-Savoie

En 2020, la gardienne du refuge en Savoie s'est confinée avec ses enfants à 2500 mètres d'altitude

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

En plein Parc national de la Vanoise, Claire est restée un mois confinée en mars dernier dans le refuge dont elle est la gardienne. Aujourd'hui, elle est inquiète pour l'avenir.

Un confinement au sommet
Un confinement au sommet - Refuge du Fond des Fours

Claire, à l'image de son prénom, n'est pas du genre à dissimuler les choses. Son émerveillement devant la nature, la liberté et le silence qui magnifient la montagne, alors qu'elle est confinée en mars en compagnie de ses deux jeunes enfants (18 mois et quatre ans à l'époque) et d'un couple de renards. Ou encore ses doutes, profonds, neuf mois plus tard. Rien ne sera plus comme avant. "On sait désormais que même si on bosse avec tout notre cœur, le gouvernement peut tout arrêter du jour au lendemain. Quand on travaille avec passion, on se demande forcément de quoi sera fait l'avenir. Qu'est-ce que je vais faire ? Pourra-t-on remonter là-haut pour vivre du refuge pleinement ? "   

Dans le Parc national de la Vanoise Claire est la gardienne du refuge du Fond des Fours, au-dessus de Val d'Isère et elle nous a marqué cette année 2020 avec un premier confinement en mars dernier à 2537 mètres d'altitude avec ses deux bambins montagnards. Malgré la réouverture du refuge cet été, tout a changé dans l'esprit. "Avant, en montagne, on laissait les règles d'en bas. Avec la pandémie, elles nous sont imposées. Le refuge est un lieu de brassage, de partage, de liberté même si on canalise bien sûr. Avec les règles sanitaires, on ne peut plus improviser le placement à table ou encore dans les dortoirs. L'esprit a changé." Claire ne cache pas ses regrets même si "on ne se plaint pas, on a très bien marché cet été." 

Une belle publicité dans les médias 

De 2020, Claire retient aussi la formidable exposition médiatique, d'abord sur France 2, puis chez nous sur France Bleu Pays de Savoie. Sa petite tribu confinée pendant un mois, tout là haut, là haut... la belle histoire alors que la plaine sombrait dans l'angoisse totale. "L'histoire a beaucoup plus aux journalistes. Cet esprit positif, ce côté atypique... Mais, à un moment donné, j'ai dû dire stop car ils voulaient que je raconte la même histoire. TF1, M6, BFMTV... Tout ça perdait de son sens. Je n'étais pas préparée à ça." L'aspect très positif, c'est la belle vitrine pour les refuges de montagne, et le sien en particulier. "Cet été, beaucoup de gens sont montés nous voir en vrai. Toujours mignons, touchants. Une belle publicité."

Claire et ses enfants au moment du premier confinement
Claire et ses enfants au moment du premier confinement - Capture

Soutenue par les montagnards qui ont laissé leurs arrhes malgré les annulations, par le Parc national de la Vanoise, la solidarité montagnarde a donné du baume au cœur. "On en avait bien besoin cette année." L'avenir est suspendu aux décisions du gouvernement en matière sanitaire. La suppression des remontées mécaniques n'a rien d'anecdotique, elle donne une tendance inquiétante. Réparer une canalisation percée, Claire sait faire. Anticiper les mesures sanitaires de 2021, c'est impossible. La jeune Savoyarde nous dit qu'elle a choisi de le prendre avec philosophie. Pas le choix. Pas envie de se morfondre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess