Insolite

En équilibre sur un fil au-dessus de Monaco

Par Valentin Dunate, France Bleu Azur et France Bleu mardi 2 août 2016 à 0:15

Ugo Capozzoli à la Turbie le 1er aout 2016
Ugo Capozzoli à la Turbie le 1er aout 2016 © Radio France - Valentin Dunate

Ils sont une cinquantaine dans les Alpes-Maritimes à pratiquer la "slackline" (ligne souple) et plus précisément la "highline" (ligne haute). Le but : marcher en équilibre sur une sangle souple et élastique au-dessus du vide. Démonstration à La Turbie avec Ugo Capozzoli

Cette semaine, les "highliners" des Alpes-Maritimes se sont donnés rendez-vous au dessus de Monaco, à la Turbie. Ils ont dressés deux sangles de 2,5 centimètres de large et 60 et 120 mètres de long à près de 300 mètres de haut. La vue est impressionnante. En dessous, Monaco, au loin, l'Italie, en face, une falaise qui plonge sur le Rocher.

"Au début, la peur est toujours présente" confie Ugo Capozzoli, azuréen passionné de slackline depuis cinq ans et désormais professionnel. Ce biologiste marin de formation a rencontré l'équilibre et l'esprit de ce sport extrême et rigoureux en Australie.

Ugo Capozzoli organise désormais chaque année le festival international de slackline à Saint-Jeannet. Si en France et dans le monde, ils sont des milliers à pratiquer la "slackline" entre deux arbres, sur l'eau ou près du sol, la version extrême, en hauteur sur une sangle souple est réservée aux initiés.

Au-delà de la force physique que nécessite cette pratique, le mental est primordial :

"Même pour les parachutistes, les grimpeurs ou les gymnastes, la peur est toujours présente quand on est en en équilibre sur une ligne souple qui bouge au dessus du vide. Il faut passer au dessus pour commencer à prendre du plaisir."

Les "slackliners" ont parfois la sensation de voler ou tout du moins de jouer avec l'apesanteur.

Préparation  - Radio France
Préparation © Radio France - Valentin Dunate

Avant de "marcher sur l'air", Ugo Capozzoli est dans un hamac sous les arbres en face du Rocher. Il mange des fruits et ne fume pas. Comme pour la plongée sous-marine, la spéléologie ou l'escalade par exemple, la forme physique et la sécurité sont indispensables pour pratiquer la "highline". Les "highliners" sont toujours équipés d'un baudrier raccordé à une ligne de vie placée sous le câble sur lequel ils marchent. Ainsi, Ugo fait son "run" de 120 mètres et revient parfois "en courant".

Le matériel est conçu spécifiquement pour ce sport. Ugo Capozzoli a toujours été un adepte du polyamide, plus souple, plus aérien. Il existe d'autres matières mais celle-ci est la plus élastique.

La différence avec les funambules est d'autant plus forte quand le câble est souple. Il arrive parfois qu'au centre du câble, la différence avec le point d'ancrage soit de 20 mètres. En d'autres termes, Ugo Capozzoli bondit de près de 20 mètres au-dessus de Monaco en équilibre sur une sangle aussi large qu'un paquet de cigarette.