Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : OGC Nice : Ligue Europa 2017-2018

"Faire connaître l'OGC Nice à Moscou" : Florian un supporter niçois expatrié en Russie

jeudi 22 février 2018 à 11:50 Par Jean-Baptiste Marie, France Bleu Azur

Pour ce déplacement en Russie, France Bleu Azur est parti à la recherche de Niçois expatriés à Moscou. La tâche n'était pas facile. Mais nous avons réussi. Notre journaliste sur place, Jean-Baptiste Marie, a rencontré Florian. Un nissart de 27 ans amoureux du Gym.

Florian porte fièrement son écharpe "camouflage" du Gym.
Florian porte fièrement son écharpe "camouflage" du Gym. © Radio France - Jean-Baptiste Marie

Il a fallu passer par l'ami de l'ami d'un ami. Mais France Bleu Azur a trouvé un Niçois vivant à Moscou. Florian Filippi a 27 ans. Il est né à Nice, a toujours vécu dans le quartier du port avant de partir à Paris et en Russie. L'Azuréen est aujourd'hui installé à Moscou avec sa femme... russe et ses deux enfants. Pour cet ancien de la BSN et de l'ARN, le tirage au sort de l'Europa League est un bonheur. Même s'il aurait préféré voir son Gym tomber sur le CSKA plutôt que le Lokomotiv. Rencontre.

Comment un Niçois de 27 ans se retrouve à vivre à Moscou ?

L'amour. C'est souvent l'amour qui amène à Moscou. J'ai rencontré ma femme en Angleterre quand j'étais plus jeune. On est resté en contact. Quand j'ai voulu quitté la France, parce que j'en avais un peu ras-le-bol, c'était bouché professionnellement, et bien elle m'a dit vient t'installer en Russie. C'était en 2015. Puis on s'est marié ici et nous sommes les heureux parents d'une fille (2 ans et demi) et d'un garçon (un an).

Alors Moscou, c'est comment ?

La ville est très très grande. Si on ne s'arrête pas au premier abord un peu froid des Russes ce sont des gens super respectueux, ouverte, chaleureux dans leur cœur. La vie ici est plutôt sympa. C'est une ville qui est faite pour vivre dans la neige même si on ne peut pas profiter des plaisir comme à Nice pour un café en terrasse ou balade sur la promenade des Anglais, il y a quand même plein de choses à faire... en intérieur sans avoir à braver le froid. Et finalement, on n'a pas ce manque de flâner dans la rue.

On s'habitue au froid ?

On ne s'habitue jamais au froid (rires). On peut juste se couvrir pour lutter contre le froid. Bien sûr que le climat méditerranéen me manque énormément, c'est pour ça que je fais quand même quelques aller-retour chaque année à Nice pour me ressourcer un peu. Mais l'important, c'est d'être heureux là où on vit. Et je le suis à Moscou.

Quand on se promène dans Moscou, on se rend compte que c'est une capitale mondiale...

C'est tout à fait ça. Moscou, ça fait plutôt penser à une grande ville américaine. Un lieu de consommation : centres commerciaux, fast-food, grandes chaînes... Les axes routiers sont immenses, il y a trois ou quatre voies dans le même sens. Même le périph' à Paris ce n'est rien à côté de la circulation ici alors les bouchons sur la Voie Mathis n'en parlons pas (rires). On n'est pas vraiment en Europe, ni en Asie. En général quand je parle de la Russie à droite à gauche, je parle plutôt de Moscou. Il y a ici une mixité mondiale.

Parlons de ta passion pour le Gym...

Je suis devenu supporter de l'OGC Nice, un peu tout seul. Mon père est Corse, fan du SC Bastia de la grande époque de la coupe d'Europe contre Turin, il m'a raconté cette histoire 45 fois par jour ! Mais bon, étant né à Nice, ayant joué au foot gamin à Nice, je me suis passionné pour le club de ma ville. Mon père a fait l'effort, une fois, de m'emmener au Ray je devais avoir 11 ou 12 ans. Et je suis tombé amoureux du Gym. J'ai fait un an ou deux à la BSN puis trois ou quatre à l'ARN. Avec des déplacements à Marseille, Monaco, Paris... Et quelques matches seulement à l'Allianz Riviera, mais mon stade, c'était le Ray.

"Balotelli, Dante, Seri à Nice ? C'est fantastique !"

On a jamais été connu pour notre beau jeu en France, mais plutôt pour notre rugosité. Mais c'est cet esprit de guerrier qui m'a plu. Je suis un peu nostalgique de cette période Antonetti, Rool, Abardonado... Quand les joueurs sortaient leurs tripes sur le terrain. Quand on allait à Monaco, ça se battait, il y avait de l'enjeu, on sentait l'électricité dans les gradins. Mais attention, je ne me plains pas de l'équipe de maintenant. Avoir des gars comme Dante, Balotelli, Seri à Nice c'est fantastique. Le coach Favre est exceptionnel même si cette année, c'est difficile.

Tu fais comment pour suivre le Gym ?

A la télévision, sur internet, avec les nouvelles technologies on se débrouille toujours pour suivre les matches des aiglons. Après c'est assez compliqué de temps en temps avec le décalage horaire. Quand il y a un match à 21 heures à Nice, il est 23 heures à Moscou donc les lendemains sont un peu difficiles. Mais en général on joue le dimanche à 15 heures ou 17 heures ou le samedi 20 heures alors ça va, je suis facilement.

Justement lors du tirage au sort des 16e de finale de l'Europa League, avec deux clubs moscovites en lice, tu rêvais de voir le Gym jouer ici non ?

J’espérai vraiment oui. Mon premier choix était le CSKA. D'abord parce que la famille de ma femme supporter ce club, surtout l'équipe de hockey. Ensuite le CSKA ils ont une vraie expérience de la coupe d'Europe, ils sont au-dessus même si le Lokomotiv est leader du championnat. D'ailleurs, je les ai vu jouer en Ligue des Champions contre Monaco, en tribune du CSKA évidemment (sourire). Après je suis content aussi que ça soit le Lokomotiv. En plus c'est la première fois que je vais découvrir la RZD Arena.

Tu seras où ? Avec les Russes ?

Evidemment j'ai pris ma place dans le parcage niçois. On va chanter, on va pousser l'équipe même s'il fait moins 16 degrés au coup d'envoi. La météo sera froide, mais l'ambiance sera chaude. Et je ne suis pas inquiet pour cela avec les supporters niçois.

Prêt donc à arborer fièrement les couleurs rouge et noire ?

J'ai mis l’écharpe, car c'est jour de match. J'espère croiser des amis niçois ou des fans du Lokomotiv pour un avant-match sympa. Quand je joue au foot avec des amis à Moscou, j'enfile un maillot du Gym. Souvent celui de Bosetti. C'est un clin d’œil. (D'ailleurs son fils Aleksey, Alexis en français porte le prénom de l'ancien Aiglon. C'est l'une des raisons pourquoi son fils se prénomme ainsi). Pour mes potes moscovites, le Gym ça se résume à Balotelli ou Dante. Nice c'est le soleil, la plage, la Promenade des Anglais. Alors moi, j'essaie d'étendre la connaissance de l'OGC Nice ici à Moscou.