Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Fausse alerte à Montpellier, les braqueurs étaient des acteurs

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

La police de Montpellier a été alertée pour un braquage dans une épicerie samedi, il s'agissait en fait du tournage d'un court-métrage.

Une dizaine de policiers se sont déplacés... pour rien
Une dizaine de policiers se sont déplacés... pour rien © Maxppp -

Montpellier, France

Les policiers se sont déplacés en masse samedi à la mi-journée quartier des Beaux Arts à Montpellier. Une passante venait de leur signaler un braquage. En arrivant sur place, ils n'ont arrêté personne. Et pour cause, pas de braqueurs, mais uniquement des acteurs

Car la scène qui s'est jouée samedi midi dans cette épicerie de la rue de la Cavalerie était une scène de film. Deux hommes avec des collants sur le visage et armés qui rentrent dans le commerce. La passante, un peu paniquée, a appelé le 17 avant de réaliser elle-même la méprise, mais il était trop tard, le commissariat avait déjà envoyé une équipe de la BAC, une dizaine de policiers.

"On a vite dédramatisé"

Des policiers qui, eux aussi, ont rapidement compris en voyant la caméra et l'équipe technique qu'il s'agissait d'un tournage. Rémi Simon est le cadreur du film : "On a été un peu surpris mais on a rapidement dédramatisé, ils ont vite compris qu'il ne s'agissait pas d'un braquage". 

La réalisatrice du tournage de ce court métrage de l'association Kino Montpellier a malgré tout été conduite au poste, le temps de procéder à quelques vérifications. Les autorisations de tournage étaient dans les règles, mais le service des tournages de la ville n'avait pas informé la police. Il a été précisé à la réalisatrice qu'il est toujours préférable de prévenir aussi les forces de l'ordre sur ce genre de scène pour éviter justement la méprise de samedi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu