Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Geudertheim : Stéphane Bern s'en prend au maire, "vous êtes le fossoyeur de l'histoire du village"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

L'animateur Stéphane Bern, le "Monsieur Patrimoine", n'a pas digéré la destruction d'une maison alsacienne traditionnelle à Geudertheim. Il a envoyé une lettre très dure au maire et lui reproche un "acte de vandalisme".

L'animateur Stéphane Bern
L'animateur Stéphane Bern © Maxppp - Vincent Isore

C’est une lettre au vitriol qu’a reçu le maire de Geudertheim (Bas-Rhin) jeudi 26 novembre : une lettre de l’animateur Stéphane Bern ! Le Monsieur patrimoine a enguirlandé l’élu pour avoir fait détruire une maison à colombage le 30 septembre dernier, la maison Greder. L’association de sauvegarde de la maison alsacienne s’était mobilisée pour la détruire. A la place, le maire va faire construire une école maternelle.

"Je suis meurtri par votre acte de vandalisme qui ne détruit pas seulement un morceau du patrimoine, mais un pan entier de la mémoire alsacienne", s’emporte notamment Stéphane Bern. "Je ne doute pas que vous aurez un jour à en rendre compte à vos concitoyens et vous passerez à la postérité de Geudertheim comme le fossoyeur de l’héritage historique patrimonial du village".

Un extrait de la lettre de Stéphane Bern au maire de Geudertheim
Un extrait de la lettre de Stéphane Bern au maire de Geudertheim - .

"C'est à Stéphane Bern de s'excuser", estime le maire

Le ton de la lettre est extrêmement dur mais reflète bien la teneur de la polémique qui a opposé, pendant plus de six mois, l'association de sauvegarde de la maison alsacienne, l'ASMA, et le maire de Geudertheim, Pierre Gross : "C'est vraiment dur à avaler et cette polémique n'en finit pas", confie-t-il. "Stéphane Bern me demande des excuses mais ce serait plutôt à lui de s'excuser vu les termes très violents qu'il emploie".

La maison Greder avant sa démolition
La maison Greder avant sa démolition © Maxppp - Eva KNIERIEMEN

Car si au moins une partie de cette maison date effectivement de 1660, le maire de la commune rappelle que le tribunal administratif lui a donné raison en juin dernier. Et puis selon lui, c’était l’endroit idéal pour construire l’école maternelle et le périscolaire. "On est en face à l’école primaire, à côté de la mairie, tout est là ! C'est facile de dire "vous auriez dû construire cette école ailleurs, à la sortie du village", mais le plus logique et le plus pratique pour tous les parents, était de la construire à l'emplacement de la maison Greder, qui n'avait pas un intérêt patrimonial majeur".

"Je doute que beaucoup de maires ont envie de se retrouver dans cette situation..."

Du côté de l'association ASMA, qui a sollicité Stéphane Bern, "on reconnaît que le ton de la lettre était dur, mais c'est à la hauteur de l'acte de vandalisme du maire", estime Denis Elbel, son vice-président, qui rappelle que l'association avait proposé d'autres solutions, comme démonter puis remonter la maison Greder ailleurs, ou bien encore garder les éléments les plus importants de la maison pour en faire un préau.

Dans tous les cas, cette maison ne fera pas revenir la maison Greder, mais elle peut dissuader d'autres maires de détruire des maisons alsaciennes traditionnelles. C'est tout l'objectif de la démarche : "je doute désormais que beaucoup d'autres maires ont envie de se mettre dans la situation de M. Gross..." avance Denis Elbel. De quoi freiner peut-être la dynamique actuelle ? On estime qu'entre 300 et 400 maisons à colombages sont détruites chaque année en Alsace.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess