Insolite

Godblessyoo : la nouvelle appli pour bénir des photos

Par Kathleen Comte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu lundi 12 décembre 2016 à 7:00

Godblessyoo, la nouvelle application pour smartphones qui permet de bénir ses proches via des photos.
Godblessyoo, la nouvelle application pour smartphones qui permet de bénir ses proches via des photos. © Radio France - Kathleen Comte

Bénir ses proches via des photos, c'est ce que propose Godblessyoo : la nouvelle application pour smartphones lancée ce lundi et qui ne s'adresse pas qu'aux chrétiens. Croix, ichtus ou coeur, avec cette application tout le monde peut bénir et répandre la bonne parole.

Et si vous pouviez bénir vos proches via des photos ? C'est ce que propose "Godblessyoo" (avec deux"oo"). Une nouvelle application disponible à partir de ce lundi sur smartphones. Le principe : prendre une photo, faire le signe de croix, l'ichtus (le poisson chrétien) ou le coeur. La photo est ensuite partagée sur les réseaux sociaux. Sébastien Poncelet, le fondateur : "L'idée pour nous c'est vraiment de fédérer, que les "godblesseurs" puissent partager des actes bienveillants sur internet. C'est une façon de dire aux gens qu'on les aime, qu'ils soient chrétiens ou non-chrétien".

Deux ans ont été nécessaires pour réaliser l'application. Sébastien a également dû obtenir l'accord de l'Eglise : "L'application a été très bien accueillie. Monseigneur Lebrun a été un des premiers "godblesseurs" a tester l'application il y a quelques temps. On travaille aussi sur l'application avec le curé de Dieppe, le père Geoffroy De La Tousche."

Un projet en effet soutenu par l'Eglise comme l'explique le père De La Tousche : "La bénédiction n'est pas réservée aux prêtres ou aux évêques, un père ou une mère de famille peut bénir. Les lois de la laïcité ont transformé le rapport à la religion en essayant de rendre la chose privée pour l'interdire dans le monde public et en fait c'est une erreur. A chaque génération depuis 2000 ans l'Eglise s'est adaptée au temps concret que les gens vivaient."

"Notre défi finalement c'est la France !"

Car contrairement à ce que l'on pourrait penser, tout le monde peut bénir. Et certains le font d'ailleurs plus que d'autres : "Dans notre culture on n'est pas habitué à ça, mais si vous allez aux Etat-Unis, les gens se bénissent beaucoup plus que nous. D'ailleurs on pense que l'application va trouver un large public aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Afrique et dans certains pays d'Europe (Italie, Espagne et Portugal). Notre défi finalement c'est la France : on sait qu'on a une relation avec l'Eglise un peu complexe. J'ai l'impression qu'en France être chrétien c'est vu comme quelque chose d'un peu désuet, voire un peu "hasbeen"."

Et Sébastien ne manque pas d'ambition pour son application. Il espère 26 millions de "godblesseurs" d'ici 2020.

A gauche Sébastien Poncelet (fondateur) accompagné du co-fondateur et du père Geoffroy De La Tousche lors de la soirée d'inauguration à Rouen. - Radio France
A gauche Sébastien Poncelet (fondateur) accompagné du co-fondateur et du père Geoffroy De La Tousche lors de la soirée d'inauguration à Rouen. © Radio France - Kathleen Comte